[Critique] Truth Seekers, aux frontières du paranormal

Première série estampillée Stolen Pictures – la société de production créée par Simon Pegg et Nick Frost – Truth Seekers vient de débarquer sur la plateforme Amazon Prime Video. Comprenant au casting, en plus de notre tandem, Malcolm McDowell, Samson Kayo, Emma D’Arcy, Susan Wokoma, Julian Barratt et Rosalie Craig, celle-ci nous fait suivre les enquêtes paranormales de deux employés d’un opérateur de réseau mobile…

Avec Truth Seekers, Simon Pegg et Nick Frost poursuivent leur hommage aux genres qui leur sont chers et s’attaquent au domaine du surnaturel pour nous concocter une chasse aux fantômes à travers la campagne anglaise éminemment sympathique.

Ne cherchant pas à révolutionner le monde de la télévision, la série – co-créée par notre inséparable duo en collaboration avec James Serafinowicz et Nat Saunders – est un divertissement sans prise de tête, qui réussit à nous embarquer dans son univers fantasmagorique grâce à son côté pittoresque. Composée de huit épisodes d’une trentaine de minutes, Truth Seekers se centre sur Gus (Nick Frost), employé modèle de Smyle, opérateur de réseau mobile, qui se voit affublé d’un nouvel équipier, Elton John (Samson Kayo). En plus d’apprendre les bases du métier à son collègue, notre expert du Wi-Fi va également l’entraîner dans ses enquêtes paranormales -qu’il diffuse sur internet – qui vont les mener à faire face à des événements hors du commun…

Les amateurs du style propre au tandem Pegg/Frost y retrouveront leur compte, leur patte étant présente tout du long de ces épisodes, entre hommage sincère au genre – avec références à la pop culture à la clé – et humour. Ce cocktail permet avant tout de s’attacher à notre galerie de personnages plutôt que d’adhérer en premier lieu à l’univers ici dépeint. Heureusement, passé les balbutiements des deux premiers épisodes, qui servent à nous présenter tout ce petit monde gravitant autour de Gus et Elton ainsi que le folklore surnaturel, cette saison parvient à instaurer des fils rouges pour chacun de nos protagonistes et ce de fait, les fantômes du passé côtoient ceux du présent alors que se dessine un complot alors qu’un némesis entre en jeu.

Que ce soit Gus et son beau-père (Malcom McDowell, l’atout comique de la série), Elton et sa soeur Helen (Susan Wokoma, touchante), agoraphobe ou encore Astrid (Emma D’Arcy), jeune femme pourchassée par des fantômes, chacun de nos personnages fait face de près ou de loin au spectre de la mort. Ce lien traumatique est ce qui rapproche ces êtres esseulés et va alors se former au fur et à mesure des épisodes une famille dysfonctionnelle qui ne manque pas de cœur. C’est d’ailleurs ce soin porté à l’écriture des personnages qui aide à notre immersion au sein de Truth Seekers, leur relation ayant autant de place que les intrigues horrifiques. En parlant d’épouvante, entre histoires d’esprits, d’exorcisme, de possession et d’ascension, notre équipe de Smyle a fort à faire en très peu de temps et si l’on pouvait craindre un format ‘ghost of the week’ sans aucune connexion entre les épisodes, Pegg, Frost, Serafinowicz et Saunders parviennent à créer une cohérence en disséminant les pièces d’un grand puzzle à travers chaque cas observé, servant les fils conducteurs explicités et formant un tout.

Si l’on peut regretter que la balance entre comédie et horreur ne soit pas toujours homogène, on peut tout de même reconnaître que notre équipe créative à une vue d’ensemble sur leur projet et que d’obscurs événements se profilent à l’horizon, les enjeux s’annonçant plus complexes qu’il n’y paraît, ce que le rôle – très – secondaire de Simon Pegg a tendance à confirmer, promettant une deuxième saison encore plus fantasmagorique avec, on l’espère plus de gore et de frissons en ligne de mire. Quoiqu’il en soit, grâce au charme de son casting, Nick Frost en tête, menant sa joyeuse troupe avec force et sensibilité, ce voyage vers le paranormal s’est avéré plaisant à suivre.

Avec Truth Seekers, Simon Pegg, Nick Frost, James Serafinowicz et Nat Saunders, nous convient à une comédie surnaturelle qui – si elle n’apporte pas de sang neuf au genre – n’est pas dénuée d’intérêt grâce à une écriture soignée et surtout un casting doté d’un fort capital sympathie, aidant à notre immersion dans ces enquêtes paranormales. La série a du potentiel, il n’y a plus qu’à en tirer pleinement profit dans la prochaine saison – si renouvellement il y a.

© Colin Hutton/Amazon Prime Video/Stolen Pictures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s