Deux ans après The King Of Staten Island, Judd Apatow débarque sur Netflix avec La Bulle, long-métrage comprenant au castin Karen Gillan, Pedro Pascal, Leslie Mann, David Duchovny, Keegan-Michael Key, Kate McKinnon, Fred Armisen, Iris Apatow ou encore Maria Bakalova et se centrant sur le tournage plus ou mois compliqué d’un blockbuster en temps de COVID-19…

Alors que l’on pensait que The King Of Staten Island amorcerait un changement dans la carrière de Judd Apatow, laissant présager une volonté de s’aventurer vers de nouveaux horizons, force est de constater que nous en sommes aux antipodes avec La Bulle, ouvrage complétement foutraque d’un réalisateur en panne d’inspiration et tournant à vide, ne sachant que faire de son concept. En résulte une plongée chaotique dans les coulisses de l’industrie cinématographique, prouvant une fois de plus que se concentrer sur la pandémie de COVID-19 est une monumentale erreur, ce sujet étant synonyme d’accident de parcours pour quiconque s’y frotte (et donc s’y pique).

Se moquer de la machinerie hollywoodienne ne manquait pourtant pas de mordant, d’autant plus en s’attaquant au business des franchises, manne lucrative des studios qui aura su devenir en quelque sorte une norme depuis quelques années. En ajoutant à cela, la paralysie propre à ce petit virus devenu grand, il y avait de la matière pour critiquer – avec un humour poil à gratter – les dérives d’un système pyramidale, les décisions parfois absurdes des grands pontes affectant les équipes techniques. Un point que cherche à démontrer le film mais sans succès. Où est-ce que le bas blesse ? La réponse est toute trouvée, le problème trouve sa source dans un scénario pour le moins bordélique, issue de la collaboration entre Apatow et Pam Brady, une association qui ne porte malheureusement pas ses fruits. Si vous pensiez vous marrer devant une satire caustique égratignant le manque flagrant d’imagination dans le milieu du septième art, vos zygomatiques ne seront pas mis à rude épreuve, l’ennui pointant rapidement le bout de son nez.

Voir un tournage tourner à la catastrophe aurait pu être jouissif, surtout lorsque l’on connaît le style du cinéaste, qui peut verser dans le soft-trash en toute décontraction. Hormis de – trop – rares fulgurances, La Bulle prend la mauvaise direction, le choix de tourner avant tout son intrigue sur les contraintes émanant de la pandémie lui étant préjudiciable. En se tirant une balle dans le pied (ou dans la main c’est au choix), ce qui aurait pu être un sympathique délire s’embourbe finalement dans une série de saynètes peu inspirées. Devenant ironiquement ce qu’il devait à la base dénoncer, à savoir le développement d’un produit de consommation insipide tirant le lait d’une vache à bout de souffle, le film s’apparente à une curieuse expérience, où le spectateur observe des acteurs et actrices complètement paumés devant jouer une troupe complètement à côté de la plaque. Alors que le côté méta de l’exercice aurait pu leur permettre d’accentuer leur performance vers le second degré, Karen Gillan, Pedro Pascal, Leslie Mann, David Duchovny ou encore Keegan-Michael Kay doivent composer avec peu, l’écriture patinant sévère. Quand les meilleures scènes de cet ofni se révèlent être des chorégraphies sur TikTok, on se dit qu’il y a un sacré soucis.

Qu’il est regrettable que Judd Apatow se soit fourvoyé dans un tel bourbier, alors qu’il y avait une base intéressante pour que ce dernier se livre à une dézingage en règle des mécanismes d’Hollywood. Les mésaventures tragi-comiques de l’imbuvable distribution de Cliff Beasts, cette saga nanardesque lorgnant du côté de Jurassic Park avec ces créatures cousines des dinosaures, ne mènent à rien. Ce qui est frustrant, surtout quand le métrage excède les deux heures – et paraît en durer deux de plus. Il est difficile de retrouver la patte du réalisateur, qui se contente de filmer sans une once d’inspiration les élucubrations de ses joyeux camarades qui, sans repères, cabotinent pour la plupart – la palme revenant à un Pedro Pascal en roue libre.

Pour son aventure en terre Netflixienne, Judd Apatow se prend les pieds dans le tapis, nous livrant avec La Bulle une comédie tournant rapidement à la catastrophe aussi bien devant que derrière la caméra. Plombé par un scénario brouillon et une réalisation sans âme, ce qui s’annonçait comme une plongée délirante dans les coulisses des super-productions se révèle être une mauvaise plaisanterie. Traiter de la COVID-19 porte décidément la poisse aux cinéastes – du moins jusque là.

© Netflix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s