Si en France il nous est impossible de retourner les cinémas depuis plus de deux mois, ceux-ci ayant été fermés leurs portes suite aux dernières mesures sanitaires entrées en vigueur, une décision qui a marqué la fin amère d’une année décidément pas comme les autres marquée par une baisse catastrophique au niveau de la fréquentation. La cause de cette chute ? La pandémie de coronavirus, qui a non seulement mis à mal notre pays mais plus largement le monde entier. Au niveau de l’industrie cinématographique, l’impact négatif de la COVID-19 s’est lourdement faite ressentir et comme vous allez le constater dans l’analyse qui suit, les États-Unis ont également payé un lourd tribut financièrement parlant.

Même si le public américain a pu profiter d’une plus large période d’ouverture des salles obscures, la situation sanitaire – critique depuis Mars – a fortement perturber le box office qui, après une légère baisse en 2019 , s’est littéralement effondré cette année. Ainsi, comme l’indique le site américain Deadline, les recettes du box office US s’élèvent à 2,7 milliards de dollars en 2020 – contre 11,4 l’année précédente – constituant une perte de revenus vertigineuse de l’ordre de 80%. Un constat alarmant que l’on doit à cette pandémie qui occupe notre quotidien depuis de (trop) nombreux mois et qui est particulièrement virulente outre-Atlantique. Comme sur notre territoire, la majorité des cinémas n’ont eu d’autres choix que de jouer la sécurité et de baisser le rideau durant quelques temps, selon les Etats. De ce fait, même si certaines salles restaient ouvertes, celles-ci étaient si peu nombreuses que cela ne changeait rien au résultat, sans appel : l’arrêt de l’économie.

Un contexte inédit qui a accéléré la transformation du paysage cinématographique puisque les studios ont pour la plupart soit décalé leurs principales sorties de l’année soit proposé certains longs-métrages directement en vidéo à la demande, laissant un calendrier désespérément peu fourni. La chronologie des médias a quant à elle été explosée. Tout d’abord par Universal Pictures qui a décidé que les œuvres de son catalogue démarrant leur exploitation avec un premier week-end à moins de 50M$ seraient disponible à la location dix-sept jours plus tard – contre trente-et-un pour celles qui parviennent à dépasser ce seuil pour leurs débuts. Enfin, Warner Bros a fait grincer des dents en faisant le choix de sortir à la fois leurs films sur grand écran et sur leur plateforme HBO Max et ce pour un période de trente-et-un jours, une stratégie qui a été initiée avec Wonder Woman 1984 de Patty Jenkins, dernier blockbuster de l’année à débarquer sur les écrans américains.

Les plateformes streaming prennent donc un rôle de plus en plus important dans un monde où le public se voit contraint de passer du temps chez soi, mesures sanitaires (couvre feu, confinement) oblige. Outre le cas HBO Max, signalons également le business-plan de Disney, qui a gardé au chaud des titres attendus dans sa manche suite à l’arrivée du coronavirus, en profitant pour en mettre certains directement sur Disney + à l’image de Mulan de Niki Caro, Artemis Fowl de Kenneth Branagh et Soul de Pete Docter/Kemp Powers. Au final, sur un an, la firme aura seulement laissé les productions 20th Century Studios aller au combat, on pense notamment au spin-off de la franchise X-MenLes Nouveaux Mutants de Josh Boone – l’une des première grosse sortie d’Août, période où les salles obscures de l’ensemble du territoire ont repris leur activité. Après avoir régné sans partage en 2019, avec sept longs-métrages positionnés dans le Top 10, Disney a dû botter en touche et l’on ne sait pas si les résultats réalisés sur sa plateforme ont été satisfaisants ou non.

D’ailleurs, en parlant de la réouverture de cet été, malgré le pari de Warner Bros. de maintenir la programmation de Tenet de Christopher Nolan – qui a amassé 57,9M$ depuis le 3 Septembre – ont peu malheureusement affirmer que la reprise n’a pas été fructueuse, le public ne revenant pas fréquenter les cinémas. Preuve en est, en analysant la période du 15 Mars – date à laquelle les exploitants ont dû pour la plupart baisser le rideau – au 29 Décembre – dernier week-end de l’année – le total des recettes est de seulement 461M$. On peut donc remercier les blockbusters de fin 2019 ainsi que ceux débarqués de Janvier à mi-Mars, qui ont évité une complète banqueroute, ce que vous constaterez dans le tableau récapitulatif des films ayant ramené le plus d’argent sur le sol US. Si Tenet est parvenu à être numéro un en France, ici il n’est que quatorzième au classement, le trône revenant à Bad Boys For Life de Adil El Arbi et Bilall Fallah qui domine le box office avec 206,3M$. Un résultat qui permet de voir l’ampleur des dégâts causés par la COVID-19 puisque l’année dernière, la pole position était tenue par Le Roi Lion et ses 858,3M$, un score pharaonique que nous ne verrons plus avant longtemps, très longtemps…

Tous les voyants sont donc au rouge, tout le monde ayant perdu des plumes face à un ennemi invisible dont les dommages le sont eux. Au terme de cette sinistre année 2020, le studio qui s’en « sort le mieux » est Sony Pictures, qui malgré une perte financière de 63% a réussi a engranger 485,5M$ grâce à Bad Boys For Life comme dit plus haut mais aussi grâce aux retombées de deux opus sortis en 2019 à savoir Jumanji : Next Level de Jake Kasdan, qui a amassé 124,7M$ de ses 320,3M$ en début d’année et de la dernière réalisation en date de Greta Gerwig, Les Filles Du Docteur March, qui a réalisé la majeure partie de son box office en Janvier/Février en réunissant 70,5M$ sur un total de 108,1M$.

Même si on espère que 2021 saura conjurer le sort et inverser la tendance, l’optimisme n’est pas de mise, 60% des salles obscures ayant été forcés de fermer boutique une fois de plus, pour une période pour le moment indéterminée. Pour terminer ce bilan, retrouvez la liste des dix films ayant amassés le plus de billets verts sur l’année écoulée, qui vous permettra de réaliser la faiblesse de ce box office américain :

RangFilmStudioRecettes (en millions de dollars)
1Bad Boys For LifeSony Pictures206,3M$
21917Universal Pictures157,9M$ / 159,2M$ au total
3Sonic Le FilmParamount Pictures146M$
4Jumanji : Next LevelSony Pictures124,7M$ / 320,3M$ au total
5Star Wars : L’Ascension De SkywalkerDisney124,4M$ / 515,2M$ au total
6Birds Of PreyWarner Bros.84,1M$
7Le Voyage Du Docteur DolittleUniversal Pictures77M$
8Les Filles Du Docteur MarchSony Pictures70,5M$ / 108,1M$ au total
9Invisible ManUniversal Pictures70,4M$
10L’Appel De La Forêt20th Century Studios (Disney)1 062 763
Films sortis en 2019
Source : BoxOfficeMojo.com

1 commentaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s