[Critique] M, la valse des sentiments selon Sara Forestier

M est le premier long-métrage de Sara Forestier, qu’elle aura mis plus de quinze ans à concrétiser. L’actrice désormais réalisatrice est venue nous présenter le film il y a quelques jours lors de l’Arras Film Festival et il sort ce mercredi au cinéma.

L’histoire de M se centre sur Mo et Lila, incarnés à l’écran par Redouanne Harjane et Sara Forestier. Lui est beau, charismatique, et a le goût de l’adrénaline. Lorsqu’il rencontre Lila, jeune fille bègue et timide, c’est le coup de foudre. Il va immédiatement la prendre sous son aile. Mais Lila est loin d’imaginer que Mo porte un secret : il ne sait pas lire.

Passage derrière la caméra réussi pour Sara Forestier qui nous livre un choc sensoriel avec M qui nous livre une histoire d’amour sauvage en plus d’un drame touchant. L’émotion et la tendresse sont les maîtres mots de ce long-métrage qui permet en plus de mettre en avant des problèmes comme le bégaiement et l’illettrisme qui souvent se révèlent être tabous pour ceux qui en souffrent.

Et de la souffrance il y en a dans M, avec ces deux personnages principaux à fleur de peau, essayant chacun de vivre comme il peut avec son handicap. Impossible de ne pas être touché par leur histoire et c’est la l’une des réussites du long-métrage, cette plongée dans l’intimité de Mo et Lisa. Une adolescente bègue passionnée par l’écriture, ce qui lui permet de communiquer et un jeune homme qui s’exprime facilement mais qui ne sait pas lire qui tombent amoureux, deux opposés qui vont s’attirer et vivre une passion charnelle. Les mots ne sont pas plus importants que les sentiments et Sara Forestier nous plonge dans un univers urbain grisâtre où les âmes de nos amoureux transis rayonnent. Pas besoin de la parole pour se comprendre, les regards, les gestes et les non-dits sont tout aussi essentiels et ont une place importante tout le long du film. De par leur contact ces deux êtres vont tenter de s’entraider, de surmonter les épreuves que la vie leur impose et devenir plus forts, ensemble. Les sensations priment dans M avec ce choix de Sara Forestier de nous narrer une idylle viscérale, brute, en adéquation avec les personnages principaux. Le film prend clairement aux tripes et ce grâce à la performance incroyable des acteurs.

Si Sara nous habitue à des rôles puissants et difficiles depuis le début de sa carrière, elle parvient encore à nous surprendre avec son interprétation de Lisa, jeune fille fragile qui ne demande qu’à s’épanouir. On imagine sans mal l’implication de l’actrice qui est plus que convaincante dans la peau de cette passionnée de français qui aimerait tellement pouvoir s’exprimer librement mais qui est bloquée par la gène qu’implique son bégaiement. Dès le début du film, elle nous touche par ses silences et son regard qui veut tout dire. Lisa est mal dans sa peau et son histoire avec Mo va provoquer chez elle une explosion de sentiments qu vont la renforcer et la faire s’ouvrir au monde extérieur, lui permettant de dévoiler tout son potentiel et de révéler ses talents de poète.

Mais la révélation de M est clairement Redouanne Harjane, que certains connaissent en tant qu’humoriste, qui voit ses talents d’acteurs éclater au grand jour et qui met une claque aux spectateurs. Quelle intensité de jeu ! Il parvient à nous émouvoir avec une facilité déconcertante avec le personnage de Mo, qui sous ses airs de beau-parleur et de dur à cuire cache en réalité un mal-être et de profondes blessures. S’il parvient à nous faire rire durant certaine scènes, qui permettent également de mettre en lumière la complexité de la langue française ce qui est bien vu, il arrive surtout à nous électriser avec ses faiblesses qui lorsqu’elles se dévoilent, nous introduit un homme totalement différent. Avec ce premier rôle Redouane impressionne.
N’oublions pas les performances de Jean-Pierre Léaud et de la jeune Liv Andren qui rajoutent une dose de sensibilité et de douceur au long-métrage.

Avec M, Sara Forestier vise juste en accouplant problématiques sociales et histoire d’amour passionnelle et nous convie à une valse des sentiments qui ne laisse pas le spectateur indifférent, essentiellement grâce à la partition sans faille de ses comédiens. Un premier film intense.

Photo M - 3 - ©Chifoumi Productions

Une réflexion sur “[Critique] M, la valse des sentiments selon Sara Forestier

  1. Pingback: [Arras Film Festival] Bilan de cette 18ème édition + critiques | seriesdefilms

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s