[Critique] Star Wars : Les Derniers Jedi, bouleversements dans la Force

Le Réveil De La Force, l’Episode VII et le point de départ de la nouvelle trilogie Star Wars réunissant le casting original composé de Carrie Fisher, Harrison Ford et Mark Hamill en plus de nous présenter de nouveaux visages avec Daisy Ridley, Adam Driver, John Boyega ainsi qu’Oscar Isaac sortait sur nos écrans il y a deux ans, réalisé par JJ Abrams. Ce dernier a laissé sa place à Rian Johnson (Looper) pour l’Episode VIII, intitulé Les Derniers Jedi, qui va reprendre pile là où nous avait laissé le précédent, c’est-à-dire la fameuse rencontre entre la jeune Rey et Luke Skywalker…

Alors que le premier volet oscillait entre hommage à Un Nouvel Espoir et installation de nouveaux enjeux sous fond de mystères inhérent au travail de JJ Abrams, que nous réserve l’Episode VIII de Rian Johnson ?

Les Derniers Jedi ne laisse pas indifférent, c’est une certitude. Rian Johnson met un coup de pied dans la fourmilière Star Wars pour nous offrir un opus pour le moins surprenant. Encore aujourd’hui, des semaines après son visionnage, je suis dans l’incapacité de dire si j’ai vraiment aimé ou non, preuve de la singularité de ce film.

L’Episode VIII divise fortement, c’est un fait. Pour ma part, le long-métrage a ses qualités et ses défauts, il n’est pas mauvais mais certains choix artistiques m’ont laissé perplexe. S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à Lucasfilm, c’est d’avoir laissé une totale liberté à Rian Johnson, Les Derniers Jedi correspond à 100% à sa vision. Mais en prenant cette décision, cela chamboule l’ordre établi jusque là au niveau de la saga. Chaque volet de cette trilogie correspond au film voulu par son réalisateur et donc ce que l’un peut construire, l’autre peut le détruire, ce qui est le cas ici.
Les Derniers Jedi est une déconstruction en règle du Réveil De La Force. Les pistes et mystères distillés par JJ Abrams dans l’Episode VIII sont purement et simplement réduits à néant par Johnson. Un parti pris extrêmement risqué, ce qu’on salue après un opus assez convenu mais au final on se dit que l’on a perdu du temps sur certaines intrigues pour rien (Snoke !) et que l’Episode IX va avoir beaucoup à faire pour conclure cette postlogie !

Parmi les points positifs du scénario, le fait de rendre à nouveau la Force mystique et de bouleverser l’équilibre entre côté clair et côté obscur. Instaurer ces nuances de gris, de remettre en cause le manichéisme de la saga est pertinent. Cela passe par le personnage de Luke Skywalker qui passe de figure légendaire à Jedi déchu. Le héros que l’on a autrefois connu laisse place à un homme aigri et solitaire. Si l’on connaît certains indices sur cette transformation grâce au Réveil De La Force, les autres réponses à nos questions peuvent dérouter mais la route qu’emprunte Luke Skywalker durant Les Derniers Jedi mène à une direction inattendue.
C’est le terme qui convient pour le triangle Luke/Rey/Kylo qui est le coeur de cet épisode. Là encore les décisions prises vont à l’encontre de ce que l’on pensait. Concernant Rey et Kylo cela se révèle excellent, les deux protagonistes évoluant ensemble pour mieux comprendre où est leur place dans cette galaxie. Si notre héroïne devient le nouvel espoir de la Rébellion, le chevalier de Ren doit lutter et se complexifie entre haine, ambition et doute. Hâte de voir leurs prochaines interactions maintenant que chacun a choisi son camp !
L’opposition entre le Nouvel Ordre et la Résistance est toujours présente. Si Leïa prouve être un leader de choc, le général Hux prouve son inutilité (tout comme Phasma), en espérant que cela change avec l’Episode IX. Finn et Poe ont une intrigue un peu plus faible, surtout ce dernier qui se retrouve vite limité niveau développement. Le personnage interprété par John Boyega par contre se voit associé à Rose (Kelly Marie Tran) qui est là pour faire ouvrir les yeux à Finn quant aux combats à mener dans une galaxie plus sombre qu’il le croyait. La guerre qui fait rage entre les deux camps commence à pencher pour l’un deux. La Résistance faiblit et là encore des choix discutables sont pris pour que la roue tourne.

Le rythme de ce nouvel opus connaît quelques baisses de régime en plein milieu du film mais ensuite tout s’enchaîne pour mieux nous déconcerter. La maturité est de mise mais malheureusement de l’humour est présent pour la contre-balancer sauf que ce n’est pas  réussi et clairement de trop. Autre regret, que l’on passe bien trop de temps dans l’espace et que l’on ne voit pas plus de conséquences de cette nouvelle époque où le Nouvel Ordre fait régner la terreur. On voyage moins qu’avec la Prélogie. Niveau batailles, Rian Johnson arrive à instaurer un petit vent frais avec des passages bien pensés.

En ce qui concerne les acteurs, voir Carrie Fisher une dernière fois est émouvant. Toujours au niveau du casting original, quel plaisir de revoir Mark Hamill qui, avec ce Luke Skywalker au combien différent de ce que l’on a connu, peut jouer une partition plus nuancé. Au niveau des héros de cette trilogie, si John Boyega ainsi qu’Oscar Isaac s’en sortent avec les honneurs, ils se font voler la vedette par Daisy Ridley et Adam Driver, qui sont excellents et leur duo est la véritable force du film à y repenser. Les petits nouveaux de cet Episode VIII, Laura Dern, Benicio Del Toro et Kelly Marie Tran font le job et servent à démontrer que la frontière entre le bien et le mal est plus fine qu’on le pense et que des sacrifices sont nécessaires pour faire bouger les conflits.

La réalisation de Rian Johnson par contre est exemplaire, Les Derniers Jedi est de toute beauté. Les scènes iconiques sont légions, l’aura de certains personnages est décuplée grâce à de magnifiques plans. Parmi les séquences les plus sublimes, retenons le duel sur Crait et un instant silencieux qui fait son effet. Bluffant.

Avec Les Derniers Jedi, Rian Johnson dynamite la saga Star Wars et renverse l’ordre établi pour mieux repartir sur de nouvelles bases. Certes certains choix sont surprenants et discutables, pouvant laisser dubitatif. Mais comme le suggère la fin de cet Episode VIII, l’espoir est de mise pour l’avenir. On croise les doigts pour l’Episode IX. 

 

Une réflexion sur “[Critique] Star Wars : Les Derniers Jedi, bouleversements dans la Force

  1. Pingback: Star Wars : Frise t-on l’overdose ? | seriesdefilms

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s