[Critique] Gaspard Va Au Mariage, cocon familial

Près de sept ans Happy Few, Antony Cordier est de retour à la réalisation avec son cinquième long-métrage, Gaspard Va Au Mariage, qui réunit Félix Moati, Laetitia Bosch, Christa Théret, Marina Foïs, Johan Heldenbergh et Guillaume Gouix.

L’histoire de ce film nous fait suivre Gaspard, qui part rejoindre sa famille pour le remariage de son père. Lors de son trajet il rencontre Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer le rôle de sa petite amie le temps du mariage. Celle-ci va alors découvrir une famille pour le moins originale, qui vit dans l’enceinte d’un zoo.

Avec Gaspard Va Au Mariage, Antony Cordier nous confectionne une comédie pour le moins fantaisiste à la bande son pop et à la réalisation colorée.

Le scénario du film donne le ton dès ses premières minutes avec la séquence de la rencontre entre Gaspard et Laura annonciatrice de situations cocasses et décalées. L’introduction du personnage fantasque interprété par Laetitia Dosch, promet une relation platonique avec celui de Felix Moati mais surtout elle va être le miroir du public, comme nous elle va découvrir l’univers dans lequel évolue la famille de ce dernier et se rentre compte qu’elle n’est pas la seule à avoir un sacré caractère. Nous somme donc embarqués dans un zoo avec de drôles de bêtes, humainement parlant. L’originalité du lieu de l’action principale fait partie des nombreux points forts du long-métrage. Cet environnement est comme une bulle aussi bien pour les animaux que pour le personnel y vivant, avec un mode de vie qui peut sembler totalement décalée. Nous avons affaire à Max un père cavaleur, Coline une sœur à l’instinct primitif et Virgile un frère complètement débordé. Face à eux, les seules figures de normalités semblent être Peggy, la future mariée ainsi que Gaspard et Laura, enfin c’est ce que l’on croit.

Gaspard Va Au Mariage se divise en plusieurs chapitres ce qui permet d’enchaîner les points de vues des personnages. Ce retour de l’enfant prodigue permet à la famille de se parler, d’évoquer les non-dits, de se remémorer le passé. Le film oscille alors entre comédie et mélancolie mais n’oublie pas les moments de fantaisie, que ce soit une danse  improvisée, sonnant comme un hommage à Bande À Part ou encore une baignade dans un aquarium.
Comme les animaux, nos protagonistes sont à nus dans l’enceinte de ce zoo, au sens propre comme au figuré. La nudité a toujours eu une place centrale dans le cinéma d’Antony Cordier et une fois encore cela ne manque pas, de même que le rapport à la sexualité. Mais cet aspect sert le propos car cette famille pas comme les autres est arrivée à la fin d’un chapitre et la mise a nu est nécessaire pour le clore. On évoque le passé pour pouvoir envisager le futur et nous tenons là un autre bon point. Les flash-backs parsemés tout du long du film aide à rendre nos héros attachants, et creuse la personnalité et l’ingéniosité de Gaspard. L’événement qu’est le mariage de Max agit donc comme un catalyseur et aide notre famille dysfonctionnelle a repartir sur des nouvelles bases.

Si le scénario tient la route, la vraie plus-value de Gaspard Va Au Mariage est sa troupe de comédiens, qui est au diapason. Félix Moati, Christa Théret, Marina Foïs, Johan Heldenbergh et Guillaume Gouix, tous sont excellents dans leur interprétation et aide à la réussite du long-métrage. Mention particulière tout de même à Laetitia Dosch qui confirme son immense talent après La Bataille De Solférino et Une Jeune Femme.

Quant à la réalisation d’Antony Cordier elle renforce l’aspect pétillant du film, cette bulle d’air frais représenté par le zoo où se déroule l’intrigue. Il profite pleinement de l’espace proposé et joue sur l’aspect de la nature pour servir son propos. Le zoo est comme un cocon où il fait bon vivre, un aspect marqué par l’utilisation de couleur chaudes, rendant l’environnement chaleureux. D’ailleurs nous avons un excellent travail de photographie, nous donnant un long-métrage très coloré.
Soulignons également l’utilisation bienvenue d’un effet super 8 pour les flash-backs ainsi que certaines séquences où la mise en scène est particulièrement soignée, comme le slow entre Gaspard et Laura par exemple.

Antony Cordier signe donc un retour remarqué avec Gaspard Va Au Mariage, qui est une comédie atypique servie par des acteurs investis. Cette famille iconoclaste ne nous laisse pas indifférent et l’on prend plaisir à suivre ces retrouvailles pour le moins mouvementées. 

434811

4 réflexions sur “[Critique] Gaspard Va Au Mariage, cocon familial

  1. Pingback: [Arras Film Festival] Bilan de cette 18ème édition + critiques | seriesdefilms

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s