Passé un premier tour de piste dans l’univers des séries avec Derby Girl, le tandem Nikola Lange/Thomas Mansuy récidive, débarquant sur Prime Video avec Killer Coaster. Comprenant au casting Alexandra Lamy, Audrey Lamy, Chloé Jouannet, Alex Lutz, Lola Le Lann, Yvan Naubron, Oscar Berthe, Bruno Lochet ou encore Dominique Pinon, cette création originale nous entraîne au cœur d’une fête foraine semblant attirer le mauvais œil sur elle, les morts s’y enchaînant plus que de raison…

Comme le démontrait déjà leur première création commune, Derby Girl, Nikola Lange et Thomas Mansuy ont un certain sens du style et du rythme, mélangeant diverses influences pour consolider un univers gentiment décalé. Une formule qui se voit ici répétée et même amplifiée avec Killer Coaster, qui oscille entre hommage au genre horrifique et pastiche de ce domaine particulier, non sans une once de thriller, ce qui fait de cette nouvelle série française estampillée Amazon un véritable manège à sensations. En clair des montagnes russes partant souvent en vrille pour déstabiliser ses passagers, en l’occurrence les téléspectateurs – qui ressentiront des sentiments partagés selon le parcours emprunté par le circuit.

Composée de huit épisodes, cette mortelle virée au sein de la fête foraine de Palavas-les-Flots en plein mondial 1998, époque où les Bleus surprenait leur monde (avant de ramener la coupe à la maison), navigue entre deux eaux avant de trouver son rythme, alors que le spectre de la grande faucheuse se fait plus pressante. Il faut dire qu’au départ, l’intrigue ficelée par nos showrunners tente maladroitement de faire cohabiter ses différentes lignes directrices, tâtonnant tout d’abord entre la farce et le drame teinté de second degré pour donner vie à cet obscur jeu de massacre. Lorsque Sandrine Laplace, une contractuelle un tantinet maladroite rêvant d’être Columbo plutôt que Marie Pervenche (référence datée nous le reconnaissons) part à la poursuite d’un potentiel suspect, la course se termine sur une note morbide. En effet, le fuyard est retrouvé pendu dans les décors du train fantôme de la ducasse de Palavas, suscitant l’interrogation de notre héroïne, qui voit là une affaire en devenir.

Soit le début d’une mission sous-couverture pour Sandrine, décidée de son propre chef, qui cherche à se mêler dans la masse et à se faire une place au plus près de l’action. Un quiproquo et un mensonge plus tard, cette dernière s’immisce dans la foire en se faisant passer pour une cousine de la fratrie Poissonnet qui partage une partie des lieux aux côtés des Peroni mais également des Rimenez – leurs ennemis jurés. Une guerre des clans et une multiplication anormale de cadavre, deux éléments avec lesquels notre détective en herbe va devoir composer, le tout en devant éviter d’éveiller les soupçons sur elle. Plus facile à dire, qu’à faire, d’autant plus lorsque son parcours l’amène à se lier à des membres éminents de ce microcosme, ce qui complique les choses. S’apparentant à un joyeux bordel, Killer Coaster trouve petit à petit ses marques une fois les présentations faites avec tout ce beau monde mais surtout dès que les sœurs Lamy unissent leurs forces à l’écran. Car là résidait le concept de la série, dans le fait de voir Alexandra, sa cadette Audrey et sa fille Chloé Jouannet se donner la réplique.

Sur ce point là, rien à dire, notre trio principal s’éclate à camper ces personnages iconoclastes, d’horizons différents, apprenant à s’apprivoiser et à faire front commun pour se dresser face aux menaces se présentant à elles. Dont un serial killer déterminé à semer la mort dans chaque attraction de nos forains. Un fil rouge sanglant qui fait heureusement le sel de ce nouveau bébé de Nikola Lange et Thomas Mansuy, car leur permettant de s’amuser avec les codes du slasher à la sauce 90’s et de faire parler l’hémoglobine – et la tension. Notamment au niveau de la mise en scène, inspirée de la part de Lange, qui d’ailleurs parvient à donner une âme à son environnement central, la fête foraine devenant une entité à part entière. Ainsi dans son dernier tournant, lorsque le délire se prend de plus en plus au sérieux, Killer Coaster trouve un semblant d’équilibre, les mystères entourant le modus operandi de ce tueur de l’ombre et son identité se ramifiant de manière cohérente aux conflits internes inhérents à la gestion chaotique de cette ducasse maudite. Il aura fallu passer par une phase d’exposition brouillonne et quelques storylines superflues mais au final, ce roller coaster prend une bonne impulsion à mi-chemin, avec un petit looping bien sympathique avant son arrêt. De quoi se dire qu’il y a du potentiel pour une possible deuxième saison. Affaire à suivre.

Trip comico-horrifique sous influences, la série Killer Coaster est un manège à sensations (diverses) pilotée par un tandem Nikola Lange/Thomas Mansuy ne manquant pas de style, offrant la part belle à Chloé Jouannet, Alexandra et Audrey Lamy.

© Prime Video

Laisser un commentaire