[Critique] La Grande Aventure Lego 2, co-habitation chaotique

Après avoir cassé des briques au box office lors de sa sortie en 2014 et avoir donné naissance à deux spin-offs, Lego Batman : Le Film et Lego Ninjago : Le Film, La Grande Aventure Lego fait son retour sur grand écran pour un deuxième opus, réalisé par Mike Mitchell, nous entraînant dans un Bricksburg post-apocalyptique suite à l’arrivée des Lego Duplo…

La Grande Aventure Lego 2 est dans la droite lignée de son prédécesseur et si la fraîcheur n’est plus au rendez-vous, ce nouveau voyage en terre Lego reste plaisant à suivre.

Le scénario, écrit par Phil Lord et Chris Miller, démarre directement là où le précédent film se terminait et se sert de son twist final pour partir sur de nouvelles bases et se concentrer sur des thèmes plus familiaux.

Si cette suite est moins rythmée, n’ayant pas la même frénésie au niveau de la réalisation et des références, Mike Mitchell ne parvenant pas à s’imprégner totalement de la patte du duo Lord/Miller au niveau de la mise en scène, elle se veut plus humaine en développant la réalité dans laquelle elle s’ancre. La Grande Aventure Lego annonçait dans son dernier acte que les événements se déroulant à Bricksburg provenaient de l’imagination d’un père de famille (Will Ferrell) et qu’en toute fin, ses enfants prenaient le relais, d’où l’arrivée des Duplo dans les dernières minutes du film.

Cette fois, à travers les péripéties d’Emmet, Lucy, Batman, Unikitty et compagnie, ce sont les relations fraternelles qui sont en ligne de mire. La co-habitation chaotique entre Lego et Duplo, envahisseurs venus d’une autre planète et emmenant nos héros miniatures dans les confins de l’espace ne sert que de prétexte à nous montrer les conflits pouvant opposer un frère et une soeur (ici incarnés par Jadon Sond et Brooklyn Prince), surtout lorsqu’une différence d’âge vient se mettre entre eux.

Grandir, devenir mature, ces thématiques sont également présentes et personnalisées par Emmet mais également Lucy dont les mésaventures vont leur permettre de se confronter à ce qu’ils aimeraient être et à ce qu’ils sont vraiment. Peut-on se renier pour devenir quelqu’un d’autre, quitte à être totalement dénaturé ? Ces réflexions et ce deuxième niveau de lecture est intéressant et plaira aux plus grands, tout comme les références métas qui seront plus reconnues par les adultes que les enfants.
Pour ces derniers, les numéros musicaux et les gaffes de nos personnages en briques sauront capter leur attention, même si concernant la bande originale, Tout Est Super Génial reste inégalée malgré des chansons qui restent dans la tête.

Moins déjanté que son prédécesseur, La Grande Aventure Lego 2 n’en reste pas moins divertissant. Ponctué de gags amusants mais avec un rythme quelque peu inégal, cette nouvelle incursion dans cet univers super génial réussi à se montrer récréatif pour les petits comme pour les grands.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s