Alors que la rentrée est déjà derrière nous, l’heure est venue de revenir une ultime fois sur nos découvertes cinématographiques du mois. L’occasion de réitérer ces remerciements, à vous qui avez alimenté cette rubrique pendant près de quatre ans, lui permettant de tenir sur la durée grâce à vos partages et vos vues. Dans un soucis de réorganisation du site, en voie de professionnalisation, l’accent sera davantage mis sur les critiques, l’actualité et bien entendu le box office et les audiences des séries US, amenant à quelques changements éditoriaux. Si cette fameuse catégorie coups de coeur/déceptions tire sa révérence, la porte vous est toujours grande ouverte et vous pourrez toujours évoquer vos ressentis en commentaires sous les diverses critiques rédigées le long de l’année en toute liberté.

Ainsi, comme vous le savez, la parole est bien à vous au sein de cette rubrique, avec l’idée que vous partagiez vos avis sur les films visionnés durant le mois d’août que ce soit en bien ou en mal. Cela permet parfois de déceler une tendance, certaines œuvres ayant été collectivement aimées ou au contraire détestées. Vu le nombre d’œuvres sorties en cette fin d’été, nul doute qu’il y en aura encore pour tous les goûts !

Quels films vus en août vous ont mis du baume au cœur ou au contraire vous ont déçu ? Découvrons-le en consultant vos avis !

Débutons ce numéro avec la blogueuse SacriLedge, fidèle de Coups de cœur/Déceptions, qui nous fait le passage en revue des films vus ces dernières semaines.

Esther 2 c’était vraiment pas nécessaire !

Je n’avais plus trop de souvenirs du premier film, mais bien sûr que je me souvenais de l’histoire, notamment de par le pendant réel dont on avait pu entendre parler dans les médias. Je m’attendais à un film d’horreur mais que nenni. Plutôt un film dramatique, à tendance conflit familial. Heureusement, le film prend un bel essor aux deux-tiers, quand il bascule sur un point de vue différent et bien plus intéressant !
Ce n’était pour autant clairement pas une réussite, tant au niveau de l’histoire, de l’enchainement des événements ou DES EFFETS POUR FAIRE PASSER UNE ACTRICE PLUS VIELLE POUR PLUS JEUNE ! Franchement, ça ne trompe personne et pire, ça fait très cheap car on voit que la moitié des scènes sont tournées à genoux ou avec une doublure (en plus de voir sur sa tête qu’elle n’a pas 10 ans). J’espère qu’ils sauront s’arrêter là car ce comeback était assez malvenu.

Mon coup de cœur du mois est quant à lui Nope. Troisième film de Jordan Peele (je vous conseille d’ailleurs son remake de la série La Quatrième Dimension qui vaut vraiment le coup), qui nous entraîne cette fois sur la piste des extraterrestres. Pour avoir revu Us le lendemain, on sent que c’était un sujet qui le démangeait. Bien qu’il prenne son temps pour poser le décor et avance à tâtons pendant presque une heure, le film mélange à meilleur humour, frayeur et science-fiction. J’avoue avoir passé un sacré bout de temps à voir des critiques depuis, notamment à chercher des explications sur une certaine chaussure …

En parlant de Nope, le dernier ouvrage de Jordan Peele n’a pas laissé indifférent Alice P., qui a fait part des récents films qu’elle a apprécié au cinéma.

Si j’avais eu quelques réserves sur Us, qui ne m’avait pas transcendé, Nope rectifie agréablement le tir en convoquant l’esprit de Spielberg pour mieux se s’approprier à travers un film où S-F, drame et horreur s’entremêlent pour mieux aborder les thématiques phare de Jordan Peele, déterminé à montrer sa vision du système hollywoodien et plus globalement sa manière d’exprimer son art. En pointant du doigt un objet volant non identifié, le réalisateur s’embarque dans une chevauchée sauvage où la recherche d’une image parfaite s’accompagne d’un triste constat sur le monde du spectacle, pensant contrôler ce qu’il n’est pas en matière d’appréhender, de comprendre. Une belle proposition originale !

Autre coup de cœur pour l’absurde Everything, Everywhere, All At Once, un délire comme il est rarement coutume de voir dans le paysage hollywoodien justement, creusant en profondeur le thème du multivers, un champ des possibles laissant les réalisateurs à se laisser aller à une paquet d’extravagances, afin de mieux encercler ses problématiques familiales. Créatif à souhait, quitte à frôler le n’importe quoi, le film donne la part belle à Michelle Yeoh et Ke Huy Quan, pouvant exposer leur palette de jeu au travers les nombreuses itérations de leur couple qui se croisent à l’écran. Cela fourmille d’idées, part dans tous les sens pour mieux nous cueillir quand les questions d’amour et d’héritage viennent apporter une touche d’émotion à ce bordel sans nom qui est généreux en terme de divertissement. En tout cas, j’ai adhéré à ce voyage dans ce multivers of madness.

Poursuivons avec un autre fidèle, Thibaut, qui revient pour nous sur les œuvres vues au cours de ce mois.

Mes deux coups de coeur principaux que je conseille très fortement :

Les volets verts de Jean Becker d’après le roman de Georges Simenon et un scénarie écrit par Jean-Loup Dadabie (son dernier) avec Fanny Ardant, Gérard Depardieu, Anouck Grinberg, Benoit Poelvoorde, Stéfi Celma et Fred Testot.
Quel plaisir de retrouver le duo mythique du cinéma français se retrouve 40 ans après la femme d’à côté dans ce drame au charme suranné, poétique, sensible et nostagioque. C’est une plongée dans l’âme humain, une fable sur la vie d’un comédien âgé éperdumment amoureux, entouré mais terriblement seul. Un film touchant qui prend son temps. Le cinéaste signe un retour réussi à 89 ans. Les premiers chiffres aux box-office sont encourageants (près de 200 000 entrées actuellement) c’est amplement mérité.

‌Avec amour et acharnement de Claire Denis sur un scénario écrit avec Christine Angot (d’après son excellent roman « un tournant de la vie) avec Juliette Binoche, Vincent Lindon, Grégoire Colin et Bulle Ogier.
Servi par des interprètes magistraux, un thriller conjugal entêtant avec les mots pour armes létales en explorant les soubresauts de la schizophrénie amoureuse avec un talent éblouissant . C’est beau comme l’amour et dur comme une dispute.


‌Mes autres coups de coeur :

‌La très très grande classe avec Audrey Fleurot, Melha Bedia, François Berléand et la participation d’Elie Semoun.
Une amusante fable scolaire qui ne manque pas d’énergie dans laquelle les gags et les situations inextricables ne manquent pas.

Rumba la vie la 2ème réalisation de Franck Dubosc dans laquelle il joue également avec aussi Louna Espinosa, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Philomène Nga, Michel Houellebecq (irréssistible dans le rôle du médecin), Catherine Jacob, Marie Vincent …
Un portrait tendre et touchant plein de tendresse pour ses personnages populaires.

Ma déception :

Les vieux fourneaux 2 avec Pierre Richard, Eddy Mitchell, Bernard Lecoq, Claire Nadeau, Myriam Boyer et Alice Pol. C’est la 2ème adaptation de la BD éponyme 4 ans après le 1er volet.
Malgré le talent des comédiens c’est une farce lourde portée par un scénario en pointillé et une mise en scène terne.

Terminons avec Laurence et Olivier de CritiKs MoviZ, qui pour sa part est revenu sur les deux dernières découvertes cinématographiques du mois d’août.

Afin de dire au revoir à cette rubrique, voici les deux films que nous avons vu en août et nous ayant offert des impressions opposées. N’ayant pas eu l’opportunité de le voir lors de sa sortie, une séance de rattrapage était nécessaire. « Avengers: Endgame » fut un véritable enchantement visuel, même si l’effet de surprise était moins puissant que pour la première partie. À l’inverse, « Death Valley » (2021) nous aura déçu. La prémisse était intéressante, mais le métrage tombe rapidement dans les clichés et pompe allégrement dans les classiques du genre, engendrant une sensation de déjà vu…

Leur critique d’Avengers : Endgame est à lire ici : https://critiksmoviz.com/2022/08/21/avengers-endgame-2019/

Leur critique de Death Valley est à retrouver ici : https://critiksmoviz.com/2022/08/01/death-valley-2021/

Merci à vous pour votre participation ! Si d’autres personnes veulent rajouter leurs avis, aucun soucis, envoyez-les moi par mail à l’adresse suivante : seriesdefilms@hotmail.com et vous serez ajoutés à l’article.


Vous pouvez laisser soit votre nom/prénom ou votre pseudo avec votre avis/critique, ainsi les gens pourront vous reconnaître !

Laisser un commentaire