Attendue pour l’automne sur le petit écran, Le Monde De Demain est l’une des dernières créations originales en date d’Arte, issue de la collaboration entre Katell Quillévéré (Suzanne, Réparer Les Vivants), Hélier Cisterne (Vandal, De Nos Frères Blessés, Vincent Poymiro et David Elkaïm (Ainsi Soient-Ils, En Thérapie) ainsi que journaliste Laurent Rigoulet. Comprenant au casting, Anthony Bajon, Melvin Boomer, Andranic Manet, Victor Bonnel, Laïka Blanc-Francard, Joshua Raccah, Léo Chalié, Yannick Choirat, la série retrace la naissance du mouvement hip-hop français dans les années 1980 à travers le destin de divers artistes en devenir…

© Arte

Alors que Suprêmes a récemment retracé le parcours de NTM au cinéma, la télévision voit plus grand et vise un spectre plus large que la formation musicale formée par Joeystarr, Kool Shen et DJ S, Le Monde De Demain se consacrant à tout un pan de la culture urbaine. Ainsi l’idée développée par le couple Katell Quillévéré/Hélier Cisterne, à l’origine du projet, est de regarder dans le rétroviseur, de revenir sur l’émergence du hip-hop en France en se consacrant sur le parcours plus ou moins compliqué de précurseurs du genre sur la scène hexagonale. De ces histoires parallèles, se dessine une fresque sociétale sondant avec fébrilité le frémissement d’une révolution à venir – ce que les deux premiers épisodes présentés lors de Séries Mania (où la série a remporté le Grand Prix de la compétition internationale) viennent appuyer avec force.

En s’entourant d’un pool de scénaristes qui ont fait leur preuve, dont les créateurs de deux programmes connus et reconnus d’Arte (Ainsi Soient-Ils, En Thérapie) qui occupent le poste de producteurs exécutifs, nos deux showrunners se donnent les moyens de leur ambition et cela se ressent à l’écran. En résulte un portrait finement dressé de la jeunesse des années 80, une période de mutation aussi bien politiquement que culturellement, deux piliers nourrissant un mouvement ne demandant qu’à exister. De la colère et des errances d’une génération, surgit de l’univers underground un courant artistique balbutiant. Le rap. Pour mettre en lumière ce jaillissement, Le Monde De Demain se concentre sur l’ascension de pionniers du milieu, un choix se révélant rapidement payant.

Si en filigrane, nous assistons à l’amitié naissante entre Didier Morville et Bruno Lopes qui, malgré les dissonances initiales, se retrouvent sur le même chemin, le véritable sujet de la série est de nous conter les difficultés à trouver sa voie. Un constat se vérifiant avec les galères des autres protagonistes s’invitant progressivement au show, que ce soit Daniel et VeeVee, les futurs Dee Nasty et Lady V. Que ce soit à travers la musique, la danse, le graphisme, le hip-hop marque de son empreinte l’esprit rebelle de nos artistes en devenir et cela se conjugue à leur déboires personnels. Car si l’on connaît la finalité professionnelle de chacun, au niveau de la sphère privée tout le monde n’est pas au fait de leur problèmes existentiels. En grattant sous la surface sans en faire trop, Katell Quillévéré et Hélier Cisterne trouvent le bon angle pour que le public se prenne d’affection pour cette troupe en pleine mue.

Comme stipulé en préambule, si nous sommes dans le domaine de la fiction, les scénaristes se sont documentés avec minutie en s’appuyant sur des sources documentées. Le même soin est porté à la dimension sociale propre à cette décennie, avec entre autres les inégalités se creusant davantage et la montée de l’extrême-droite, ce qui ajoute de l’authenticité à cet ouvrage, finement détaillé. Outre une écriture de qualité, de même qu’une réalisation soignée de la part de nos showrunners, ce qui donne le tempo au Monde De Demain est la prestation engagée et engageante de sa distribution, à commencer par les excellents Anthony Bajon et Melvin Boomer, qui campent les deux futurs leaders de Suprême NTM avec force.

Après le visionnage de ces deux premiers chapitres, Le Monde De Demain s’annonce comme l’un des rendez-vous télévisuel de l’année, Arte continuant de consolider son catalogue sériel avec des titres réussis. Sous la houlette de Katell Quillévéré et Hélier Cisterne, ce voyage aux origines du hip-hop hexagonal a un potentiel certain grâce à un habillage de qualité et un casting investi. La musique jouée jusqu’ici est enthousiasmante. Il n’y a plus qu’à voir si la mélodie continuera de sonner juste par la suite. La hype est là en tout cas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s