[Critique] Les Enquêtes Du Département V : Dossier 64, destins brisés

La saga littéraire de l’écrivain danois Jussi Adler-Olsen, Les Enquêtes Du Département V, se voit adapter pour la quatrième fois au cinéma avec la transposition de Dossier 64, qui marque à l’écran la dernière enquête de Carl Mørck (Nikolaj Lie Kaas) et Assad (Fares Fares). Réalisé par Christoffer Boe, ce nouvel opus met en lumière une époque sombre du Danemark lorsque trois squelettes sont découverts, cachés derrière la tapisserie d’un vieil appartement…

Dans la lignée des précédents opus, Dossier 64 nous plonge dans une nouvelle enquête macabre et offre un dernier baroud d’honneur à son duo principal.

Le point le plus intéressant du film est d’ancrer l’affaire classé à la base de l’intrigue dans les années 1960, pour pointer du doigt les idéologies eugénistes et les doctrines hygiénistes qui régnaient au sein du pays. En alternant, comme à son habitude, les lignes temporelles pour nous éclaircir sur les mystères entourant le meurtre perpétré, le long-métrage se remémore une époque peu flatteuse de la société danoise en mettant au coeur du scénario le centre d’internement de l’île de Sprogø, qui a réellement existé et en nous faisant suivre une pensionnaire, qui va vivre un véritable calvaire.

Si le ton est moins dramatique et percutant que les précédents opus, le malaise y est pourtant bien présent au fur et à mesure de l’avancée des deux storylines, qui revient sur la notion de sélection naturelle et sur le sort réservé à de pauvres femmes privées de leur droit de procréer. Savoir qu’en plus, un soupçon de vérité subsiste dans les faits énoncés ajoute une dose lugubre à l’ensemble.

Concernant les principaux protagonistes, le trio Carl, Assad et Rose est encore et toujours l’élément qui fait le sel de la saga, grâce au jeu de Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares et Johanne Louise Schmidt. Voir l’irascible Mørck devoir faire face à l’envie de son co-équipier de changer de carrière permet de le voir fendre, tout doucement bien entendu, sa carapace. Du côté d’Assad justement, entre son départ annoncé et son implication dans l’intrigue, ce dernier permet d’être un peu plus mis en avant. Même Rose à le droit à sa dose d’action.

Les Enquêtes Du Département V : Dossier 64 permet de refermer le chapitre des aventures macabres de Carl Mørck et Assad sur une note convenable et porte un regard critique sur un pan sordide de l’histoire du Danemark, qui a brisé plus d’un destin de femmes.

Dossier64

©Zentropa Productions

 

Une réflexion sur “[Critique] Les Enquêtes Du Département V : Dossier 64, destins brisés

  1. Pingback: [Concours] Les Enquêtes Du Département V : Dossier 64, des codes VOD à gagner | seriesdefilms

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s