Après avoir rencontré le succès sur les planches, que ce soit avec le stand-up dans le Jamel Comedy Club ou avec son spectacle C’est Moi La Plus Belge, l’humoriste Nawell Madani s’attaque au grand écran avec C’est Tout Pour Moi, un premier film qu’elle a elle-même co-écrit et dont elle a assuré la réalisation avec Ludovic Colbeau-Justin.

S’inspirant de son parcours, mais n’étant pas un long-métrage que l’on peut qualifier d’autobiographique, Nawell s’est entourée notamment de François Berléand mais également de personnes proches d’elle dans la vie comme Artus, Leyla Doriane, Mimoun Benabderrahmane ou encore Djebril Didier Zonga.
C’est Tout Pour Moi nous plonge dans le quotidien de Lila, qui depuis toute petite veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque alors à Paris pour réaliser son rêve…Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes.

C’est Tout Pour Moi est à l’image de Nawell Madani, débordant d’énergie et à l’humour ravageur. Encore mieux le long-métrage parvient à nous surprendre en rajoutant une dose d’émotion qui n’est pas de trop et qui vise juste.
Cette première incursion en haut de l’affiche (après son apparition dans Alibi.com) fait souffler un petit vent de fraîcheur dans le cinéma français en cette fin d’année.

C’est Tout Pour Moi a pour point de départ le postulat classique du voyage initiatique qui va mener à la success-story mais la réalisation et surtout l’abattage des acteurs principaux font que nous suivons les mésaventures de Lila avec attention. Dès les premières minutes le ton est donné : si nous assistons à une comédie, le drame n’est pas oublié et le film va parfaitement osciller entre les deux sans en faire trop. L’émotion est présente dans certaines épreuves vécues par notre personnage principal et cela est retranscrit avec justesse. Mais surtout nous sommes introduit à ce qui est le point fort du film, les liens familiaux et plus particulièrement la relation père/fille entre Omar et Lila. Car si la rage de vaincre est le principal moteur des événements à première vue, l’amour filial est le véritable cœur de C’est Tout Pour Moi.

Mais rassurez-vous la partie comédie fait mouche également et l’on ressent la patte de Nawell Madani dans l’écriture des dialogues, avec des personnages au franc-parler, à la réplique qui tue (ce qui est normal quand l’on s’aventure dans le monde du stand-up me direz-vous). Les galères s’enchaînent pour notre héroïne mais sa volonté de fer et son caractère survolté vont la faire rebondir à chaque fois. Et la faire arriver au sommet, grâce à des rencontres et un travail acharné. Toutes ses galères renforcent notre attachement et si la fin de l’histoire est connue de tous, cela n’empêche pas de ressortir de la salle avec le sourire. Car avec ce scénario qui comporte des éléments qui se rapprochent de sa vie, Nawell transmet un optimisme bienvenue et au final on se dit que l’on peut continuer de croire en ses rêves, que tout est encore possible et réalisable. Cette touche personnelle est un autre des points positif de C’est Tout Pour Moi car cela permet de voir les coulisses d’un monde qui ne nous est pas accessible et cette petite critique du monde du stand-up avec des humoristes qui se tirent dans les pattes une fois le show terminé, soit tout le contraire de ce qu’ils montrent en face du public, est pertinente et, on se doute, pas si loin que ça de la vérité.

Le réel point fort du long-métrage est sans conteste ses acteurs et plus particulièrement Nawell Madani qui profite de l’occasion pour nous dévoiler d’autres palettes de jeu avec Lila qui sous sa carapace de dure à cuire cache des fêlures et recherche l’approbation de son père quant à ses choix de vie. Ce qui nous permet d’évoquer le personnage d’Omar, figure paternelle au grand cœur mais qui est intransigeant concernant le futur de ses enfants. La relation qu’il entretien avec sa cadette est tendue, nous donnant ainsi la plus grosse part d’émotion du film et ce grâce à Mimoun Benabderrahmane qui est la révélation de C’est Tout Pour Moi. Chauffeur de profession, ses premiers pas d’acteur sont plus que satisfaisants, il nous surprend par sa justesse et nous touche en plein cœur. François Berléand nous délivre une très bonne partition en tant que mentor et père de substitution.

Avec C’est Tout Pour Moi, Nawell Madani signe un film pétillant qui nous transmet un message d’espoir, celui de ne jamais renoncer et de croire en ses rêves. Un long-métrage qui, s’il nous fait rire n’oublie pas de nous toucher grâce à son casting très bien dirigé. Une belle surprise. Comme Rocky Balboa, Nawell a l’œil du tigre et la rage de vaincre, nous le confirmant à travers cette première réalisation.

c_est_tout_pour_moi

1 commentaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s