[Critique] Battle Of The Sexes, combat contre la misogynie

Le couple de réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris est de retour, cinq ans après leur dernier film, Elle S’appelait Ruby. Pour leur nouveau projet, ils se sont inspirés d’une histoire vraie, celle d’un match de tennis qui a fait date dans l’histoire du sport en 1973, opposant Billie Jean King à Bobby Riggs, duel retransmis à la télévision devant plus de 90 millions de téléspectateurs et dépassant largement le cadre de la discipline.

L’histoire nous replonge donc en 1972, époque à laquelle la championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem et s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. Cette bataille pour l’égalité des sexes dans le monde du tennis va donner une idée à Bobby Riggs, ex numéro 1, profondément misogyne et provocateur : mettre au défi King de jouer contre lui pour prouver la supériorité de l’homme sur la femme…Pour camper ces deux joueurs, les réalisateurs ont fait appel à Emma Stone et Steve Carell, qu’ils retrouvent plus de dix ans après Little Miss Sunshine. Le casting comprend également Bill Pullman, Andrea Riseborough, Sarah Silverman, Alan Cumming, Elisabeth Shue ou encore Austin Stowell.

Avec Battle Of The Sexes, Jonathan Dayton et Valerie Faris signent un nouveau feel-good movie, lorgnant du côté de la comédie (grâce à un Steve Carell impérial !) sans oublier d’être pertinent au vu du sujet qui est malheureusement encore et toujours d’actualité.

Même si le point de départ du film est ce fameux match entre Billie Jean King et Bobby Riggs, la bonne idée du scénariste Simon Beaufoy (Slumdog Millionaire, Un Jour Dans La Vie De Billy Lynn) est d’avoir choisi de montrer de manière plus générale les coulisses de cet événement pour nous signaler à quel point cette histoire vraie, en plus d’être surprenante est de nos jours encore d’actualité. On nous dépeint des années 70 où les hommes se prennent pour des êtres supérieurs et où les femmes tentent de faire valoir leur droit à l’égalité. Et c’est là le coeur du film. Certes on parle de tennis, mais on évoque surtout la condition des femmes et le début de la montée du féminisme, en particulier dans le milieu sportif. De voir comment cette société misogyne traite la gente féminine est à la fois révoltant et sidérant. Certaines répliques prononcées par ces soit-disant mâles dominants prêtent à rire tellement elles sont grotesques (mentions spéciales à Steve Carell et Bill Pullman). En nous dépeignant de telles façons de penser, on ne peut que comprendre ce qui a poussé King et ses camarades de jeu à vouloir une certaine égalité. Battle Of The Sexes réussit donc sans mal à nous embarquer dans ce combat où les enjeux sont plus importants qu’on ne le pense. Là où un machiste de la trempe de Bobby Riggs ne voit que de la provocation, les femmes voient l’occasion de confirmer qu’elles valent autant que les hommes.

Le film se concentre également sur les états d’âmes de nos deux joueurs nous dévoilant ainsi deux êtres qui ne sont pas sans défaut, sans faille. Le tennis est pour King et Riggs quelque chose d’essentiel à leur vie. L’amour du jeu est-il plus fort que l’amour tout court ? Chacun de nos deux personnages se cherche émotionnellement en dehors des courts et là encore Simon Beaufoy fait le bon choix en creusant leur psyché.

Ce qui nous amène donc à l’élément final et décisif du long-métrage, le match de tennis disputé par nos deux adversaires et le scénario nous montre l’envers du décor de ce qui va devenir un spectacle diffusé partout dans trente-sept pays. Cela s’avère pertinent car ce qui n’était qu’un duel va alors devenir un événement sportif qui fera date et cette plongée dans les coulisses nous le fait voir sous un jour nouveau où le sport devient minoritaire face à toute cette surmédiatisation et où l’excentricité est de mise avec publicités en tout genre, sponsors et sommes d’argent exorbitantes. Saluons donc à nouveau cette mise en lumière concoctée par Beaufoy. Et nous terminerons comme vous vous en doutez par le match tant attendu qui est très bien retranscrit à l’écran, on y croit et on ressent même du suspense quant au résultat, que nous ne divulguerons pas.

Emma Stone GIF by Fox Searchlight - Find & Share on GIPHY

Si le scénario est de grande qualité, celle des comédiens est supérieure avec un duo Emma Stone / Steve Carell en pleine forme.
Dans la peau de Billie Jean King, l’actrice nous épate une fois de plus en femme forte, volontaire et combative, prête à faire des sacrifices pour permettre à la cause à laquelle elle tient tant d’avancer mais qui, dans le domaine personnel, se révèle plus fragile et en proie à des questionnements sur sa vie, son mari, ses envies. Un beau rôle.
Face à Emma Stone, Steve Carell campe Bobby Riggs de manière jubilatoire et on ressent son plaisir d’incarner ce grand enfant, prêt à toutes les provocations possibles pour attirer l’attention et dont le goût pour le jeu et les paris est insatiable. L’acteur nous livre des moments clairement hilarants, un rôle en or pour lui.
Mais ils ne sont pas en reste, notons aussi un Bill Pullman que l’on aime détester, Sarah Silverman et Alan Cumming drôles comme à leur habitude et enfin Andrea Riseborough ainsi qu’Austin Stowell qui sonnent juste dans leur partition et qui ajoutent une dose de sensibilité au film.

Terminons avec la réalisation de Jonathan Dayton et Valerie Faris, qui en tournant à la manière des années 70 avec une caméra 35mm qui permet d’avoir le grain de l’époque et d’aider à l’immersion. En plus de réussir à rendre les matchs de tennis captivants, ils parviennent surtout à capter les émotions de leurs personnages en restant au plus près d’eux, gros plans à l’appui et différents jeux de miroirs qui reflètent leurs états d’âmes. Une réalisation classique qui rajoute du charme au long-métrage.

Battle Of The Sexes est un film frais et léger, un feel-good movie qui n’oublie pas de dénoncer avec brio certains travers de notre société, que ce soit celle des années 1970 où la nôtre. Destins croisés pour un match au sommet, cette rencontre sportive entre Billie Jean King et Bobby Riggs est le reflet du combat contre la misogynie. L’égalité des sexes est et sera toujours un sujet pertinent. La réussite de cette ‘bataille des sexes’ tient aussi bien à son scénario qu’à ses comédiens avec une Emma Stone et un Steve Carell au meilleur de leur jeu. 

Une réflexion sur “[Critique] Battle Of The Sexes, combat contre la misogynie

  1. Pingback: [Arras Film Festival] Bilan de cette 18ème édition + critiques | seriesdefilms

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s