2016 signe le grand retour de Mel Gibson sur le devant de la scène. Depuis une dizaine d’années l’acteur-réalisateur s’est fait discret sur grand écran après avoir enchaîné les scandales. Mais cette période est révolue et « Mad Mel » nous montre qu’il faudra à nouveau compter sur lui au cinéma ses prochaines années. Il s’est tout d’abord fait remarquer en tant qu’acteur dans Blood Father cet été et là il revient derrière la caméra avec Tu Ne Tueras Point (Hicksaw Ridge en VO) , dix ans après Apocalypto.

tunetueraspoint

Pour son cinquième long-métrage , Mel Gibson a choisi de s’intéresser à la Seconde Guerre Mondiale et à l’histoire vraie de Desmond Doss , qui s’est porté volontaire en Avril 1942 et qui a participé à la bataille d’Okinawa au Japon. La particularité du soldat Doss ? De religion catholique , Desmond a fait le choix de ne pas porter d’arme ni de tuer. Un homme pacifique au milieu d’un monde en proie à la guerre , c’est atypique ! Mais quand on sait qu’en plus il a sauvé plus d’une dizaine de ses frères d’armes à lui seul , on comprend que Mel ait eu envie de réaliser un film sur ce héros de guerre. Andrew Garfield (The Social Network , The Amazing Spider-Man) prête ses traits à Desmond Doss et le long-métrage nous raconte l’engagement de ce dernier , son entraînement militaire et bien sûr sa participation à la bataille d’Okinawa.

Tu Ne Tueras Point est pour ma part un grand film de guerre. Il est vrai que tout ce côté religieux , bien appuyé par la réalisation de Mel Gibson , peut agacer certains , mais personnellement cela ne m’a absolument pas gêné , ce thème étant récurrent dans ses réalisations et puis c’est une histoire vraie. Ce sont ses convictions religieuses qui ont amené Doss à devenir ce héros de guerre.

Le film , à la manière de Full Metal Jacket de Stanley Kubrick , est divisé en deux parties distinctes. La première partie se charge de nous présenter les personnages , la place de la religion dans la vie de Desmond , les raisons qui vont le pousser à se porter volontaire , sa vie dans un camp militaire où il va faire face à une administration qui veut à tout prix se débarrasser de cet objecteur de confiance. Cette partie sur l’entraînement militaire va se révéler intéressante dans sa façon de traiter le cas du soldat Doss. Sa hiérarchie va lui mettre des bâtons dans les roues et c’est ce point de vue qui est un bon parti pris. La première partie de Tu Ne Tueras Point est très travaillée au niveau de sa mise en scène , la lumière et la carté sont de mise à chaque plan , nous sommes baignés dans cette aura. Mais cela ne va pas durer longtemps.

La deuxième partie du film nous entraîne sur le champ de bataille , au Japon. Et le changement de ton est drastique. Fini la lumière , place à l’obscurité. L’image est blafarde , comme le teint de nos soldats. Le côté propre de la première partie est remplacé par toute cette boue , ces champs de ruines. Nous voilà dans le nerf de la guerre. En haut de cette fameuse falaise de Hicksaw , se trouve l’enfer. On reconnaît bien la patte de Mel Gibson durant ces scènes de guerre , la violence étant un autres de ses thèmes de prédilection. Quand nos troupes se retrouvent en haut de la falaise , l’horreur commence et on est happés par cette bataille dont nous sommes spectateurs. Sur ce point là , c’est une réussite , on ne reste pas insensible à ce déferlement de violence. Les bombes pleuvent , les corps sont mutilés , les soldats s’entre-tuent à la bayonnette , d’autres brûlent , rien ne nous est épargnés. Et au milieu de tout ça , Desmond Doss , pacifique et sans arme , arrive à se poser en sauveur , ne comptant que sur sa foi pour l’aider à survivre et à sauver ses amis un à un. Au milieu de ce chaos , il apporte la lumière. Il est cet espoir dont les soldats ont besoin. D’ailleurs Mel Gibson le montre très bien , dans une scène où les soldats doivent retourner au front. Desmond est leur héros , avec lui à leurs côtés , plus rien n’est impossible. Sur la fin du film , l’aspect religieux est encore une fois un peu trop appuyé avec un Doss représenté de manière « divine » mais encore une fois cela ne m’a pas dérangé.

Tu Ne Tueras Point est un grand film de guerre , réalisé d’une main de maître par Mel Gibson et avec un Andrew Garfield parfait , sans oublier tous les autres comédiens , Teresa Palmer , Sam Worthington , Vince Vaughn , Hugo Weaving qui  offrent d’excellentes partitions. Avec ce portrait de Desmond Doss , héros de guerre hors du commun , et cette plongée dans l’horreur de la Seconde Guerre Mondiale , Mel Gibson marque un retour réussi dans la réalisation.

1 commentaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s