En 1967, Hugo Pratt donnait naissance au personnage de Corto Maltese, un marin maltais adepte de la piraterie, voguant sur les mers et océans du monde entier en quête d’aventures. D’abord second rôle (dans La balade de la mer salée), notre marin au look reconnaissable en mille pris les commandes de son destin, s’épanouissant à travers les pages de Pif Magazine, point de départ d’une histoire d’amour entre l’auteur italien et le grand public. Les missions de Corto au gré d’un Xxe siècle synonyme d’instabilité, avec comme point d’orgue les deux Guerres Mondiales, auront su séduire l’Italie, la France mais également le reste du monde, devenant une œuvre culte dans l’univers du neuvième art, notamment grâce à l’accent mis sur l’exotisme et l’ésotérisme. L’invitation au voyage est totale, surtout lorsque se profilent des expéditions pour trouver des royaumes perdus comme l’Eldorado ou encore l’Atlantide.

S’il on pensait que le héros ne survivrait pas à la disparition de son géniteur, l’inverse se produisit finalement, le flambeau ayant été repris au milieu des années 2000 par Juan Díaz Canales et Rubén Pellejero puis – le temps d’une transposition à l’époque moderne (Océan noir) – par Martin Quenehen et Bastien Vivès. Devenu une icône transgénérationnelle, notre protagoniste n’a jamais paru aussi fringuant depuis cette seconde vie, se payant même le luxe de quitter de temps à autres les cases dans lesquelles ils gravitent depuis ses débuts pour expérimenter d’autre supports. On dénombre ainsi un jeu-vidéo mais surtout un long-métrage d’animation, Corto Maltese, la cour secrète des arcanes puis une série reprenant ce format, qui fût diffusée en 2003 sur Canal+.

Toujours populaire, l’intrépide pirate va très prochainement retrouver le chemin du petit écran, comme nous l’a récemment révélé le site américain Deadline. La création d’Hugo Pratt va faire l’objet d’une adaptation en live-action de la part de StudioCanal, une tentative qui s’était précédemment soldée par un échec pour Christophe Gans – qui voulait réaliser un film Corto Maltese. Prenant la forme d’une mini-série en six épisodes, cet ambitieux projet sera supervisé par une illustre figure de la BD américaine, en l’occurrence Frank Miller, à qui l’on doit entre autres Sin City, 300, The Dark Knight Returns ou encore Daredevil : Born Again. Ce dernier occupera les postes de showrunner, scénariste ainsi que producteur exécutif – aux côtés de Jemma Rodgers et Silenn Thomas. À en croire ses mots, Miller est enthousiasme de prendre la part de cette production, qui a une valeur particulière à ses yeux :

« J’ai découvert Corto Maltese en lisant des albums dans un Forbidden Planet à New York, alors que j’étais jeune. Par la suite, en voyageant j’ai découvert une édition dans un kiosque à Rome. L’œuvre était si expressive et puissante que les dessins sortaient littéralement du papier. Ça m’a emporté. C’était plein de magie et d’aventure romanesque. Maltese est un coquin qui peut parler aux dieux. Il m’a montré le pouvoir de la bande dessinée, où le langage n’est plus une barrière. Depuis, je suis un fan de Corto Maltese. Il s’agit du voyage héroïque dans sa forme la plus classique et je ne pourrais pas être plus honoré que d’aider la série à insuffler le romantisme, l’héroïsme et le mysticisme sous-jacent à la création de Pratt. »

Laisser un commentaire