Après avoir livré sa version de West Side Story, la comédie musicale d’Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein, Steven Spielberg semble finalement prêt à s’atteler à son œuvre la plus personnelle.

Pour son prochain long-métrage, annoncé comme semi-autobiographique, le réalisateur va puiser dans ses souvenirs de jeunesse et lever jusqu’à un certain point le voile sur une partie de son enfance, passée entre Scottsdale et Phoenix, en Arizona. Un projet de longue date, en gestation depuis des décennies, qui serait née d’une suggestion de François Truffaut – qu’il a dirigé dans Rencontre Du Troisième Type. Aidé de Bob Gale et Robert Zemeckis, Spielberg avait tout d’abord écrit un traitement, connu sous le titre After School, qui été prévu comme un film Rated-R (interdit aux moins de dix-sept ans non accompagnés) puis avec le temps, cette ébauche a connu divers réécritures et divers appellations, la dernière en date étant I’ll Be Home, qui avait la particularité d’avoir été scénarisé par sa sœur Anne Spielberg.

Intitulée The Fabelmans, cette plongée dans la pyschée du jeune Steven Spielberg prendra la forme d’un récit initiatique, retraçant les épreuves traversées par celui-ci durant ses jeunes années, qui sculpteront l’homme qu’il deviendra par la suite, imprégnant sa filmographie. S’étant de temps à autres étendu sur ce sujet durant divers interviews et documentaires – dont celui de HBO réalisé par Susan Lacy en 2017 – il ne fait qu’aucun doute que le film abordera ses origines juives, le harcèlement dont il a été victime durant son parcours scolaire de même que le divorce de ses parents sans oublier le plus important, sa passion pour le septième art qui, durant cette période passée en Arizona, ne cessera de croître avec la mise en scène de ses premiers courts-métrages tournées en 8mm. Des pistes qui se précisent à la vue de la première bande annonce du film, révélée à l’occasion de sa présentation au Festival International du Film de Toronto, qui promettent un drame sensible.

Arlésienne devenue réalité, ce retour vers le passé a de ce fait une valeur sentimentale non négligeable pour le cinéaste. Preuve en est notre homme a participé à l’élaboration du scénario, ce qui n’était plus arrivé depuis A.I. : Intelligence Artificielle, sorti en 2001, et ce aux côtés de son collaborateur Tony Kushner, à qui l’on doit les scripts de Munich, Lincoln et West Side Story. Au casting, nous retrouvons Gabriel LaBelle, qui prête ses traits à Sammy Fabelman, l’ersatz de Spielberg ainsi que Michelle Williams et Paul Dano. Prévu pour le 25 janvier 2023 sur le sol français, il ne fait aucun doute que The Fabelmans aura une place particulière dans la filmographie du réalisateur.

1 commentaire »

Laisser un commentaire