[Critique] Marriage Story, destruction mutuelle assurée

Deux ans après The Meyerowitz Stories (New and Selected), Noah Baumbach est de retour sur Netflix avec un nouveau long-métrage, Marriage Story, un drame familial qui comprend au casting Scarlett Johansson, Adam Driver, Laura Dern, Alan Alda et nous plonge dans la séparation d’un couple d’artistes…

Avec Marriage Story, Noah Baumbach explicite les conséquences désastreuses que peuvent avoir une séparation sur cet équilibre, traitant avec justesse de l’éclatement de la cellule familial.

Le scénario confectionné par le réalisateur nous entraîne avec force dans une spirale infernale qui emporte avec elle tout sur son passage. L’intrigue du long-métrage joue avec les sentiments, que ce soit ceux du spectateur mais surtout de ces personnages pour mieux nous montrer à quel point la fin d’un amour peut être ravageur.

Au coeur de Marriage Story se trouve le couple formé par Charlie et Nicole, lui metteur en scène, elle actrice, qui nous sont présentés comme fusionnel, alliant vie privée et vie public et formant ce qui semble être une famille unie avec leur fils. La bonne idée de Baumbach est de commencer son oeuvre en nous montrant l’amour qui les unit, un procédé nous permettant de mieux nous sensibiliser à la crise qu’ils traversent. Entre problèmes relationnels et envie d’ailleurs, chacun à ses raisons de mettre un terme à cette histoire commune et le scénario se veut impartial face à nos personnages, les torts de l’un étant contre-balancés par ceux de l’autre. Tout le monde joue sur un pied d’égalité, rendant plus cruelle la chute qui les attend.

Nous présentant premièrement ce qui s’apparente à une séparation à l’amiable, le scénario se montre par la suite implacable, où l’entente cordiale entre les deux personnages va progressivement se fissurer puis se briser pour laisser place à un règlement de comptes où tous les coups sont permis. Grâce à la finesse de l’écriture, chaque parole, chaque fait peut se retourner contre soi, un triste constat que vont faire Charlie et Nicole lorsque les avocats vont se mêler de leur divorce, happant le spectateur dans cette destruction mutuelle assuré, où l’amour va se transformer en rancœur, jusqu’à l’implosion.

© Netflix

Ce qui est avant tout marquant dans Marriage Story est la prestation de son casting, qui mettent en valeur le scénario de Noah Baumbach. Scarlett Johansson et Adam Driver portent le long-métrage sur leurs épaules, incarnant avec intensité ce couple à la dérive. Chacun joue avec nuances, aidant à transmettre les incompréhensions et les doutes de leur personnage et l’on comprend aisément leur position respective dans ce divorce entre la volonté d’un nouveau départ et d’une nouvelle carrière pour Nicole et les difficultés à faire concessions entre travail et famille pour Charlie, prenant des décisions affectant le lien qui l’unit à son fils.
Lorsque l’émotion entre en jeu, le film ne vire jamais au mélodrame, grâce à une excellente direction d’acteurs, permettant à Adam Driver et Scarlett Johansson de se lâcher de manière magistrale, à l’image de leur confrontation décisive, qui montre tout le talent de notre tandem. Dans les seconds-rôles, si Ray Liotta, Alan Alda, Julie Hagerty, Azhy Robertson livrent tous de très bonnes partitions, Laura Dern s’éclate dans la peau de l’avocate de Nicole, calculatrice, manipulatrice, prête à tout pour remporter une affaire.

La réalisation de Noah Baumbach est également à noter, privilégiant, comme à son habitude, un cadre intimiste avec une mise en scène resserré. Laissant ainsi ses personnages interagir la plupart du temps dans des endroits clos et exigus, ce dernier crée une atmosphère propice à l’introspection, ce qui est réussi et met tout en oeuvre pour conditionner ses comédiens et les aider à s’accaparer cet espace grâce à leur jeu, soit la grande force du long-métrage.

Avec Marriage Story, Noah Baumbach livre un drame touchant sur la destruction de la sphère familiale, qui brille à la fois par son scénario méticuleux traitant de la séparation avec sensibilité mais avant tout par la prestation sans fausse note de son casting, Adam Driver et Scarlett Johansson en tête, tout deux étant bluffants. 

© Netflix

 

 

Une réflexion sur “[Critique] Marriage Story, destruction mutuelle assurée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s