Oui je sais Comancheria (Hell Or High Water en VO) est sorti depuis le 14 Septembre sur nos écrans et je le vois seulement maintenant mais mieux vaut tard que jamais n’est-ce pas ? Surtout qu’un film aussi bon , il ne faut pas le rater. Si j’ai mis du temps à le voir c’est à cause de la distribution du film , qui est diffusé dans peu de salles mais heureusement un petit cinéma de quartier le diffusait dans une ville à 30 minutes de chez moi , il fallait saisir cette aubaine !

comancheria

 

Comancheria , ça raconte quoi ?

Et bien c’est l’histoire de deux frères , qui à la suite de la mort de leur mère , décident de commettre des braquages de banques. Voilà je fais simple , je ne veux pas tout vous raconter il faut garder un peu de mystère. Pour ceux qui voudraient en découvrir un peu plus , voici la bande annonce :

D’ailleurs pour la traduction du titre en VF , voici ce que signifie Comancheria : Comancheria est le nom donné communément à la région du West Texas au Nouveau Mexique,
proche des territoires occupés par les Comanches, avant les années 1860.

Pour une fois le fait de changer totalement la signification d’un titre original n’est pas si absurde , le film se passant justement dans cette région. On reste dans le thème du film.

Maintenant je vais vous faire une petite critique de ce film réalisé par David Mackenzie (Perfect Sense , Les Poings Contre Les Murs) , qui a été présenté au 69ème Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard :

Comancheria est un excellent film , une des très bonnes surprises de cette année cinématographique (elles sont rares !).

Nous sommes d’entrée de jeu embarqués dans l’histoire de ces deux frères joués avec brio par Chris Pine et Ben Foster , qui ne perdent pas de temps avant de commettre leur premier braquage.

comancheria01.jpg

La relation fraternelle est un des éléments central du film. Mais pas seulement celle de nos deux frères aux caractères diamétralement opposés, car il y a un autre duo de choc dans Comancheria.

Celui formé par l’impeccable Jeff Bridges et son collègue interprété par Gil Birmingham. Nos deux hommes sont les Texas Rangers qui font devoir se charger de cette affaire de braquage.

comancheria07 (1).jpg

Après les frères de sang , les frères de coeur. Partenaires de longues dates , les deux rangers aiment se lancer des piques , surtout Marcus (Jeff Bridges). Son équipier étant Comanche , les blagues sur sa tribu et les indiens fusent de la part du vétéran !

Leurs péripéties au fin fond du Texas à la poursuite de nos braqueurs sont un régal , nous les montrant au plus près de la population locale pour notre plus grand plaisir.

Car le film nous plonge dans le quotidien du monde texan , état le plus vaste des Etats-Unis , et nous rencontrons des habitants plus vrais que nature. Normal me direz vous puisque la plupart des figurants sont des habitants des environs. Cela rajoute du cachet à l’univers du long-métrage.

Comancheria nous montre à travers son scénario que rien n’est noir ou blanc , que le monde dans lequel on vit est de plus en plus inégal , que la crise financière de ces dernières années est toujours d’actualité. Le film réussit à ne pas être manichéen. On ne déteste pas Toby et Tanner (Chris Pine et Ben Foster) , ils ont des raisons pour agir de la sorte qui font que nous ne pouvons pas les voir comme de vulgaires braqueurs.

De même pour les texas rangers , qui ne sont pas obnubilés par l’arrestation des frères , ne passant pas leur temps à être à leurs trousses. Ils ont leur propre rythme , préférant la réflexion à l’action. Ici il n’y a pas de cliché du texas ranger capable de botter des culs à tout va (n’est ce pas Walker ? :P). En fait nos rangers sont des cow-boys des temps modernes , avec leurs Stetson vissés sur la tête , préférant les longues discussions au maniement des armes.

Le scénario est donc brillamment écrit par Taylor Sheridan , qui est déjà l’auteur du tout aussi excellent Sicario sorti l’année dernière. On s’attache aux personnages , en particulier ceux de Chris Pine et Jeff Bridges mais tout le casting est au top , rien à redire dessus.

La réalisation de David Mackenzie nous dépeint un Texas plombé par le soleil , par la pauvreté , avec ses villes à la limite de l’abandon , avec des champs à perte du vue , des paysages vastes mais vides. L’atmosphère est suffocante , de par la chaleur du Texas qui est couplé à la situation des personnages , situation qui est électrique , on sent que tout peut partir en vrille d’une minute à l’autre , surtout avec un personnage aussi sanguin que Tanner (Ben Foster).

Comment ces personnages , commettant de telles actions peuvent-ils s’en sortir ? Pourquoi font-ils tout cela ? Vont-ils se faire arrêter par nos Texas Rangers ? Ruez vous dans le premier cinéma qui diffuse Comancheria et vous aurez la réponse !

En espérant vous avoir donné envie de voir le film !

5 commentaires »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s