[Box Office US] Wonder Woman 1984 conserve son trône

En ce week-end du 8 au 10 Janvier, toujours aussi peu de mouvement à l’horizon dans les salles obscures américaines. Pour preuve aucune nouveauté n’était programmé, le public ayant comme seule proposition la ressortie de Jurassic World de Colin Trevorrow. De quoi laisser le champ libre aux longs-métrages déjà installés, comme le confirme les chiffres du box office, indiquant un podium inchangé.

L’année 2021 ne débute pas sous les meilleurs auspices pour l’industrie cinématographique et si côté français les cinémas ont toujours le rideau baissé, ici aux États-Unis il n’y a désormais plus que 35% des salles obscures ouvertes sur l’ensemble du territoire à cause de la résurgence de la COVID-19. Une situation qui impacte drastiquement la carrière de Wonder Woman 1984 qui conserve avec bien du mal sa première place.

Alors que son arrivée était synonyme d’espoir niveau financier, le film de Patty Jenkins est pénalisé à la fois par la situation sanitaire et par le manque d’intérêt du public pour cette suite puisque pour son troisième week-end d’exploitation, sa fréquentation s’est écroulée de 45,5%. En trois jours la suite de Wonder Woman n’a ainsi ajouté que 3M$ à son box office, qui franchit de ce fait la barre des 30M$ – totalisant 32,6M$ précisément. Une chute importante qui renforcer la certitude que les 59,7M$ de Tenet – précédent long-métrage de Warner Bros. – ne seront pas égalés. Et ne parlons même pas de son prédécesseur, qui avait amassé 412,8M$ sur le sol américain en 2017.

Ce score peu encourageant est quelque peu contrebalancé par les résultats obtenus à l’international puisque grâce à ceux-ci, Wonder Woman 1984 parvient à totaliser 131,4M$ mais avec une situation se compliquant de jour en jour dans de nombreux pays, Warner Bros. ne pourra pas réitérer ‘l’exploit’ de Tenet qui a engrangé 362,9M$. Il n’y a plus qu’à voir si le pourcentage de visionnage du long-métrage sur HBO Max est aussi conséquent que le laisse penser ses dirigeants, qui devraient nous partager ce chiffre d’ici la fin de l’exploitation sur la plateforme – qui s’arrête au terme de trente-et-un jours pour ensuite laisser celui-ci terminer tranquillement sa carrière sur grand écran.

Le constat est un peu moins amer pour Les Croods 2 : Une Nouvelle Ère qui, près sa remontée surprise du week-end dernier, conserve sa deuxième place sur le podium et continue de déjouer les pronostics en maitrisant sa perte de revenus.

Plus d’un mois après le démarrage de son exploitation sur le sol US, le film d’animation de Joel Crawford réussit à se maintenir, sa fréquentation ne diminuant cette fois que de de 18,6%. Cette faible chute lui permet d’ajouter 1,8M$ supplémentaires à son box office qui atteint désormais les 36,8M$. La barre des 40M$ devrait être dépassée d’ici peu. Même si cela restera inférieur au premier volet, qui avait amassé 187,1M$, ce score reste honorable car restant le plus élevé depuis la réouverture progressive des salles, arrivant juste derrière Tenet.

Si le long-métrage ne démérite pas aux États-Unis, sa carrière se joue avant tout à l’international, puisque avec les résultats des autres territoires, Les Croods 2 engrange à ce jour 127,8M$ de recettes mondiales, ce qui s’avère satisfaisant pour DreamWorks Animation étant donné que cette suite leur a coûté 65M$ à produire.

S’il a dû battre en retraite le week-end précédent et se réfugier sur la troisième marche avec La Mission, Tom Hanks parvient à ne pas perdre davantage de terrain et maintient sa position.

Pour son troisième week-end d’exploitation, l’adaptation du roman Des Nouvelles du Monde (News Of The World en V.O.) de Paulette Jiles mise en scène par Paul Greengrass voit sa fréquentation diminuer de 26,6%. En récoltant 1,2M$, le film se hisse tant bien que mal au-dessus du seuil des 7M$, amassant précisément 7,1M$. Un très faible résultat qui condamne sa carrière sur le sol américain, celle-ci étant anecdotique. La comparaison n’est pas réellement pertinente, car la pandémie ne frappait pas de plein fouet l’industrie cinématographique, mais ces chiffres ne sont rien à côté de ceux de Capitaine Phillips, précédente collaboration entre Greengrass et Hanks, qui avait totalisé 107,1M$ en 2012.

Ne pouvant compter sur les Etats-Unis pour voir ses recettes grimper, La Mission doit attendre patiemment sa sortie dans d’autres pays, ce qui ne se fera pas avant un mois – voire plus selon la situation sanitaire – et l’on espère que quand ce sera le cas, son budget de 38M$ sera au minimum atteint, histoire que ses pertes soient limitées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s