[Box Office US] Un été 2019 en pente douce

Alors que nous débutons le mois de Septembre, synonyme de rentrée, il est temps de faire un premier bilan du box office avec les résultats engrangés durant la période estivale, très importante financièrement parlant.

Débutons notre analyse avec les chiffres obtenus sur le sol américain durant cette saison, qui s’est tenue de début Mai à fin Août (techniquement début Septembre en comptant le dernier week-end du mois). Si l’été dernier, le box office US avait repris des couleurs avec une hausse de 14,4% et 4,41 milliards de dollars de recettes, cette année un léger déclin est à noter.
Selon Variety, en 2019 le total des recettes s’élève à 4,32 milliards de dollars soit une baisse infime de 2%.

Si cette perte de revenus est, toute proportion gardée, infime, celle-ci témoigne d’un changement dans l’industrie cinématographique hollywoodienne avec l’hégémonie de Disney. Revenons en quelques chiffres sur cet été en pente douce.

le_roi_lion

©Disney

La toute puissance de Walt Disney Company prend une nouvelle ampleur, et nous verrons l’étendue de celle-ci lors du bilan de fin d’année. En effet 42% des recettes estivales émanent des productions du studio, ce qui est énorme et surtout inquiétant pour la concurrence, qui semble quelque peu dépassée.
Pour preuve, le long-métrage qui a dominé le podium cet été est Le Roi Lion, qui totalise à ce jour 523,5M$. Sur la seconde marche nous retrouvons Toy Story 4 qui a amassé 430,8M$ et à la quatrième place, Aladdin a engrangé 354,5M$. Chacun de ces film a en plus de cela cumulé plus d’un milliard de recettes dans le monde. Face à un tel mastodonte, la concurrence a été à la peine et la majorité des studios a eu du mal à se tailler la part du lion.

Seul Sony Pictures tire son épingle du jeu grâce à Spider-Man : Far From Home (Si Marvel Studios donc Disney l’a co-produit, l’univers de l’homme-araignée restant la propriété de la société), qui s’est imposé sur la troisième et dernière marche du podium avec 386M$ récoltés sur le sol américain et plus d’un milliard sur la surface du globe, devenant le long-métrage le plus rentable du studio. Mais il n’y a pas que Spider-Man qui a attiré les foules puisque, Once Upon A Time In…Hollywood, la neuvième réalisation de Quentin Tarantino, est parvenu à se faire une place dans le top 10 en amassant depuis sa sortie 131,1M$. Observons que cet été, seul deux films originaux ont réussi à se démarquer, le second étant John Wick : Parabellum (Lionsgate), qui a totalisé 170,9M$ de Mai à début Septembre.

Heureusement pour Sony, ces succès ont permis d’atténuer la déception Men In Black : International, qui avec 79,7M$ a terminé sa carrière US loin de la trilogie originale de Barry Sonnenfeld.

D’ailleurs, si la plupart des adaptations live ont connu un grand succès (seul celle de Dora L’Exploratrice, intitulée Dora Et La Cité Perdue et produite par Paramount Pictures n’ayant pas attiré petits et grands dans les salles obscures, ne totalisant que 51,2M$) concernant les franchises il y a eu quelques ratés.
C’est d’ailleurs 20th Century Fox, racheté cette année par l’empire Disney, qui en a fait les frais avec le semi-échec de X-Men : Dark Phoenix qui en obtenant seulement 65,8M$ aux États-Unis (252,4M$ dans le monde) est devenu l’opus le plus faible de la saga mutante. Warner Bros. a également du revoir ses attentes à la baisse avec Godzilla II : Roi Des Monstres qui, avec tout de même 110,5M$ (385,9M$ au box office mondial), est le chapitre le moins rentable du MonsterVerse.
Pour Universal Pictures, Comme Des Bêtes 2 n’a pas été aussi performant qu’espéré, ne réunissant que 157,9M$ (422,1M$ de recettes mondiales) quand le premier volet culminait à 368,3M$ il y a trois ans. Le studio a pu se consoler avec Hobbs & Shaw, le spin-off de Fast & Furious trouvant son public et récoltant depuis son lancement sur le sol américain 159,2M$ (687,9M$ en cumulant le box office international).

Les 2% perdus en un an semble donc être lié à la domination de Walt Disney Company, éclipsant les autres studios et tempérant leurs performances au box office. Espérons qu’un équilibre se créé dans les prochains mois pour que les résultats de tous soient à un haut niveau car cette nouvelle tendance fait qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’année 2019 est moins prolifique que la précédente avec une diminution de 6% au niveau des recettes. Ce retard va t-il être rattrapé d’ici fin Décembre ? Suspense.

Pour terminer, découvrez le top 20 des longs-métrages les plus rentables de cet été :

Rang Film Studio Recettes (en millions de dollars)*
1 Le Roi Lion Disney 523,5
2 Toy Story 4 Disney (Pixar) 430,8
3 Spider-Man : Far From Home Sony Pictures 386
4 Aladdin Disney  354,5
5 John Wick : Parabellum Lionsgate 170,9
6 Fast & Furious : Hobbs & Shaw Universal Pictures 159,2
7 Comme Des Bêtes 2 Universal Pictures 157,9
8 Pokemon : Détective Pikachu Warner Bros. 144,1
9 Once Upon A Time In…Hollywood Sony Pictures 131,1
10 Godzilla II : Roi Des Monstres  Warner Bros 110,5
11 Rocketman Paramount Pictures 96,3
12 Men In Black : International Sony Pictures 79,7
13 Yesterday Universal Pictures 73,1
14 Annabelle : La Maison Du Mal Warner Bros (New Line) 72,7
15 X-Men : Dark Phoenix 20th Century Fox 65,8
16 Good Boys Universal Pictures 59,1
17 Scary Stories Lionsgate 58,9
18 Dora Et La Cité Perdue Paramount Pictures 51,2
19 Ma Universal Pictures 45,3
20 La Chute Du Président Lionsgate 44,4

*Chiffres provenant de la période du 3 Mai au 2 Septembre.

Une réflexion sur “[Box Office US] Un été 2019 en pente douce

  1. Pingback: [Box Office France] Un été 2019 radieux pour la fréquentation | seriesdefilms

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s