Ce week-end du 26 au 28 Mars,  le public américain pouvait découvrir sur grand écran Nobody d’Ilya Naishuller, la principale nouveauté proposée aux côtés de Six Minutes To Midnight d’Andy Goddard et de Mystery of the Kingdom of God d’Adam Smit, qui elles étaient distribuées dans une trop faible combinaison de salles pour espérer s’imposer dans le haut du classement. Nobody de son côté est elle parvenue à s’y faire une place ? Découvrons-le sans plus attendre.

Tandis que la situation sanitaire s’améliore sur le sol américain et que les cinémas du territoire relèvent progressivement le rideau, le box office reprend doucement mais sûrement des couleurs avec un public revenant petit à petit. Si l’on attend encore le film qui va provoquer le sursaut nécessaire à une véritable reprise (Godzilla vs Kong pourrait être ce déclencheur), il n’en reste pas moins que l’on observe de temps à autres quelques surprises comme celle offerte par Nobody, qui est parvenu à déloger Raya Et Le Dernier Dragon de son trône.

L’actioner, réalisé par Ilya Naishuller et porté par Bob ‘Saul Goodman’ Odenkirk s’impose ainsi sur la première marche du podium en récoltant 6,7M$ pour son premier week-end d’exploitation. Un démarrage supérieur à celui de Hardcore Henry, précédent essai du réalisateur, qui avait amassé 5,1M$ pour ses débuts il y a cinq ans. Il s’agit également du meilleur lancement pour un long-métrage de ce genre depuis le début de la pandémie, faisant mieux que les deux derniers ouvrages du Liam Neeson-verse, à savoir Good Criminal et Le Vétéran, qui avaient obtenu 3M et 3,2M$.

Exploité pour le moment dans une poignée de pays, Nobody totalise pour le moment 11,7M$ de recettes sur la surface du globe, soit un résultat encourageant, surtout lorsque l’on sait que son budget n’est que de 16M$ et qu’il sera de ce fait rapidement remboursé.

L’arrivée de Nobody a ainsi mis fin au règne de Raya Et Le Dernier Dragon, qui durait depuis le début du mois et qui se solde en ce quatrième week-end d’exploitation par une rétrogradation de la première à la deuxième place.

Le film d’animation du quatuor Don Hall, Carlos Lopez Estrada, Paul Briggs et John Ripa maîtrise tout de même sa chute, sa fréquentation diminuant de 31,8%, ce qui lui permet d’ajouter 3,5M$ supplémentaires à son box office qui s’élève désormais à 28,3M$. Le seuil des 30M$ sera finalement franchie, ce qui ne semblait pas acquis lors de son démarrage, surtout si l’on prend en considération le boycott de plusieurs exploitants dont Cinemark, l’un des trois plus grand réseau de salles des États-Unis, qui n’ont pas projeté Raya suite à l’échec d’un accord avec The Walt Disney Company concernant les recettes, une décision prise suite à l’annonce de sa sortie simultanément sur Disney +, en accès premium payant.

Si son parcours sur le sol US n’est pas des plus rayonnants, Raya Et Le Dernier Dragon voit sa carrière effectuer un petit bond à l’international, ses recettes mondiales atteignant les 82,5M$. Malgré cela, avec un budget estimé à plus de 100M$, la question de sa rentabilité restera une grande inconnue, puisque nous ne connaissons pas les chiffres de visionnage sur Disney +, qui se doivent d’être à la hauteur.

Entraîné vers le bas par Raya Et Le Dernier Dragon, qui lui a piqué sa place, Tom & Jerry se rapproche de la sortie du Top 3 en déclinant de la deuxième à la troisième et dernière marche du podium.

Malgré cette chute, la nouvelle adaptation cinématographique du célèbre cartoon créé par le tandem Hanna-Barbera prouve qu’elle en a encore dans le ventre, avec une fréquentation diminuant de 34,2%, ce qui se traduit par un week-end à 2,5M$ pour un box office grimpant à 37,1M$. Un chiffre satisfaisant, le long-métrage toujours au moment où nous écrivons ces lignes le numéro un aux États-Unis en ce premier trimestre 2021. Même constat si on le compare à la précédente aventure – animée – de nos héros sur grand écran, qui n’avait amassé que 3,5M$ sur le sol US en 1992 ou au film antérieur de Tim Story, Shaft, qui avait engrangé 21,4M$ il y a deux ans.

Le succès de Tom & Jerry tend aussi à se confirmer dans les autres pays où le film d’animation est exploité, les résultats obtenus sur ces territoires l’aidant à atteindre les 85,4M$ de recettes dans le monde, un score dorénavant supérieur à son budget, estimé à 79M$. La rentabilité sera donc au rendez-vous, d’autant plus si ses performances sur la plateforme HBO Max sont à la hauteur des espérances de Warner Bros, ce que l’on ne peut que supposer.


Concernant les autres nouveautés du week-end, sachez que Six Minutes To Midnight d’Andy Goddard a débuté sa carrière à la vingt-deuxième place avec 56 000$ récoltés tandis que Mystery of the Kingdom of God d’Adam Smit est arrivée vingt-sixième avec 9 300$.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s