Thanksgiving oblige, ce week-end a été festif pour les américains et a duré exceptionnellement quatre jours, du 26 au 29 Novembre. Seule nouveauté au programme de cette période généralement important pour les distributeurs, Les Croods 2 : Une Nouvelle Ère de Joel Crawford, qui est projetée depuis ce mercredi, de quoi lui laisser le temps de tracer sa voie et grapiller des millions de dollars. A t-elle réussi à s’imposer en ces temps compliqué ? Analysons les chiffres.

Alors que les salles de cinéma referment petit à petit sur le sol américain, Universal Pictures a maintenu la sortie de son long-métrage Les Croods 2 : Une Nouvelle Ère, une stratégie qui a permis de redonner un léger coup de fouet au box office.

Grâce à l’effet Thanksgiving, le film d’animation de Joel Crawford est parvenu à se hisser sur la plus haute marche du podium en réunissant 17M$ depuis sa sortie mercredi (dont 9,7M$ de vendredi à dimanche), un démarrage certes inférieur à celui du premier opus, qui culminait déjà à 52,8M$ à son cinquième jour d’exploitation mais vu le contexte particulier de cette année 2020, le résultat s’avère positif. En effet, il s’agit des chiffres les plus hauts depuis Tenet sorti fin Août.

En additionnant les premiers résultats obtenus à l’international, Les Croods 2 : Une Nouvelle Ère voit ses recettes atteindre pour le moment 37,8M$, ce qui n’est pas si mal étant donné son budget relativement correct de 65M$, qui peut laisser espérer de possibles profits.

Distribué également par Universal, Freaky doit céder son trône à son confrère Les Croods 2 et doit désormais se contenter de la deuxième marche, une perte de terrain se ressentant au niveau des chiffres.

La comédie horrifique de Christopher Landon voit sa fréquentation chuter de 39,9% en ce troisième week-end d’exploitation et – en comptabilisant le jour de Thanksgiving – n’ajoute que  940 000$ à son box office, qui s’élève désormais à 7M$. Franchir la barre des 10M$ sera donc plus compliqué que prévu et  28,1M$ récoltés par Happy Birthdead 2 U, sont définitivement hors d’atteinte.

Avec l’aide des autres territoires, Freaky voit ses recettes mondiales dépasser ce fameux seuil des 10M$, en amassant 11,8M$. Un total qui n’est pas si catastrophique si l’on prend en compte que le film est une production Blumhouse au budget limité de 5M$, impliquant que même de faibles revenus sont suffisants pour qu’il soit rentable.

Robert de Niro se plaît dans le trio de tête et ne compte toujours pas en sortir avec Mon Grand-Père Et Moi qui, après un mois et demi d’exploitation, reste sur le podium (même s’il retombe sur la troisième marche).

La comédie de Tim Hill se maintient en ce week-end de Thanksgiving, sa fréquentation ne diminuant que de 13,8%, parvenant encore à réunir 798 499$ en quatre jours et à récolter 17,2M$ sur le sol américain, ce qui est honorable vu le contexte actuel.

Grâce aux chiffres obtenus au box office international, Mon Grand-Père Et Moi engrange désormais 25,6M$, dépassant finalement la valeur de son budget – qui est de 24M$. Si au final, les profits seront insignifiants, le film ne fera pas perdre d’argent à son studio, c’est déjà ça de gagner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s