[Critique] Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers , monde fantastique pour film convenu

Quand on évoque Halloween et que l’on parle cinéma , souvent le nom de Tim Burton est cité. Avec des films gothiques comme Beetlejuice , Edward Aux Mains D’Argents , L’Étrange Noël De Monsieur Jack ,  Sleepy Hollow , Les Noces Funèbres et Frankenweenie , le réalisateur britannique est un peu comme un symbole de ce jour particulier. Et c’est logiquement en ce 31 Octobre , que nous avons été voir le dernier film de Tim Burton , Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers.

 

Adapté de l’univers développé par Ransom Riggs dans sa trilogie de romans (Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers , Hollow City , La Bibliothèque Des Âmes) , le film raconte l’histoire de Jacob , qui doit faire face à la mort tragique de son grand-père , Abe , avec qui il était proche. Toute son enfance , Abe racontait des tas d’histoires sur un orphelinat , situé sur une île au Pays de Galles , dans lequel il a vécu un temps durant la Seconde Guerre Mondiale. Cet endroit , dirigé par une certaine Miss Peregrine , accueillait des enfants aux dons extraordinaires : les enfants particuliers. Suite au décès d’Abe , Jacob découvre des indices sur cet orphelinat et décide de voyager en compagnie de son père pour découvrir si les histoires de son grand-père étaient vraies…

Dernière réalisation de Tim Burton , qui depuis quelques années voit ses films de plus en plus diviser ses fans , Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers marque t-il un retour en force de notre cinéaste ?

missperegrine

La réponse est oui et non malheureusement. Si au niveau de la réalisation , on retrouve la patte Tim Burton , c’est au niveau du scénario que le bât blesse.

L’univers de Miss Peregrine colle parfaitement à celui de Tim Burton , on peut donc comprendre leur association. Visuellement rien à redire , on retrouve le style baroque cher à notre réalisateur , avec  en prime des clins d’œil à sa filmographie. Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers a donc une réalisation travaillée , le film est beau. Des séquences sont très réussies, grâce à l’univers si particulier des romans de Ransom Riggs. Tim Burton profite des capacités extraordinaires de nos héros pour nous proposer des séquences poétiques et magnifiques. Et aussi d’autres plus effrayantes. Le réalisateur exploite au maximum le matériel source.

Au niveau des acteurs , à part un Samuel J.Jackson qui cabotine de temps à autre et Chris O’Dowd qui a l’air un peu ailleurs , tous s’en sortent bien même si ce sont les adultes qui parviennent à tirer leur épingle du jeu. Eva Green , est parfaite en Miss Peregrine , leader au grand cœur , prête à tout pour le bien de ses protégés. Terence Stamp est attachant dans le rôle d’Abe , le grand-père de Jacob , qui est l’élément essentiel du film car tout part de lui. Notons également la présence de Judi Dench , qui joue toujours juste. Et même s’il cabotine , on voit que Samuel L.Jackson prend plaisir à jouer Barron , le grand méchant du film. Pour les enfants , Asia Butterfield (Jacob) est celui qui a le droit au plus de développement , permettant de montrer sa palette de jeu. Les Enfants Particuliers jouent bien comme dit précédemment mais certains ressortent plus que d’autres , comme Ella Purnell qui joue Emma , Finlay MacMillan (Enoch) et Lauren McCrostie (Olive).

Pour moi , le problème de Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers est son scénario. Le film se laisse regarder mais au final on en sort avec l’impression d’avoir vu un film banal. Attention je ne dis pas que le long-métrage est nul , juste qu’il est moyen. On assiste à une trop longue exposition , il n’y a pas de moment de fulgurance , c’est comme-ci le film ne parvenait pas à décoller , à s’envoler comme Emma. Il y a tout de même de beaux moments , comme la première découverte de la « boucle » , du lieu secret d’Emma qui lui permet de se cacher à l’abri de tous , lieu qui deviendra important par la suite ou encore le final du film avec la bataille en pleine fête foraine. Mais la conclusion est vite expédiée. La présence peu importante de certains grands noms du casting est également un peu décevant. On reste sur notre faim lorsque le générique final débute. C’est vraiment dommage.

Au final Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers est un beau film mais pas vraiment un bon film. La découverte du monde fantastique de Miss Peregrine et des boucles temporelles sont les points forts du film , mais à cause d’un scénario trop convenu , le film se banalise. Rien de transcendant ne se passe à l’écran. Le vrai point fort du film est la réalisation maîtrisée de Tim Burton qui s’approprie un nouvel univers.

Si la suite des aventures des Enfants Particuliers voit le jour , espérons que le frein soit enlevé , pour pouvoir profiter au maximum de ce vaste monde.

7 réflexions sur “[Critique] Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers , monde fantastique pour film convenu

  1. Pingback: Bilan du mois de Novembre | seriesdefilms

Répondre à seriesdefilms Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s