Après s’être attelée à une relecture des Quatre Filles du Docteur March, Greta Gerwig poursuit sa carrière de réalisatrice avec un projet aux antipodes de son cinéma, à savoir l’adaptation sur grand écran des aventures de Barbie, la célèbre poupée égérie de la société Mattel depuis plus de soixante ans – qui aura su se faire une place de choix dans la pop culture. De quoi susciter la curiosité, d’autant plus lorsque l’on se rend compte que du beau monde s’est réuni devant et derrière la caméra pour ce long-métrage à première vue atypique.

A l’instar de Hasbro, marque concurrente qui a su faire se diversifier en produisant des films basés sur leurs franchises telles que TransformersG.I. JoeMy Little Pony ou encore Battleship, Mattel aimerait elle aussi réussir à s’immiscer de manière pérenne dans l’univers du septième art.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé par le passé, même si le résultat n’a pas été probant. Tout d’abord en 1987 avec la sortie du film Les Maîtres De L’Univers réalisé par Gary Goddard, qui était une adaptation live de la série animée éponyme – qui était elle-même basée sur la gamme de jouets de la firme. Vendu par les producteurs de la Cannon comme le Star Wars des années 80 et devant propulser la carrière de Dolph Lundgren, le film a été un échec critique et financier. Même constat pour Max Steel de Christopher L. Yost, sorti cette fois en 2016, qui en plus marquait le premier essai de Mattel Films, la division cinéma de la société fondée en 2013. De mauvaises expériences qui sont désormais de l’histoire ancienne, Mattel ayant totalement changé de stratégie, voulant redoubler d’effort pour se faire une réputation dans le milieu.

Quoi de mieux que l’emblème de la firme pour relancer la machine ? En projet depuis quelques temps, grâce à un accord trouvé avec Warner Bros, cette volonté d’ouvrir les portes d’Hollywood à Barbie a su se concrétiser et ce malgré quelques couacs niveau développement. Si Amy Schumer et Anne Hathaway avaient été tour à tour été annoncées au casting, c’est finalement Margot Robbie qui a été choisie pour incarner l’iconique blonde en chair et en os dans cette version grand nature, qu’elle produit également via Lucky Chap. Pour l’accompagner dans cette entreprise pour le moins risquée, plusieurs réalisateurs se sont succédés avant que Greta Gerwig n’occupe ce poste, s’impliquant en plus à l’écriture aux côtés de son compagnon Noah Baumbach (Marriage Story, White Noise), ce qui a de quoi intriguer connaissant la filmographie du duo. Ajoutez à cela la présence devant sa caméra de Ryan Gosling, qui prêtera ses traits à Ken – rôle pour lequel il arbore une belle couleur platine – ainsi que Emma Mackey, Ncuti Gatwa, Simu Liu, Alexandra Shipp, Michael Cera, Issa Rae ainsi que Will Ferrell. La collaboration de cette fine équipe ne peut que susciter la curiosité quant à la teneur de ce Barbie, qui va sans nul doute se jouer des apparences et partir vers une direction moins convenue qu’il n’y paraît.

Prenant la forme d’une comédie musical assurément kitsch et colorée, cette adaptation s’articulera sur la découverte du monde réel par la poupée et son top model de boyfriend, alors que cette dernière vient d’être expulsée de Barbieland – sous prétexte qu’elle n’était pas jugée ‘parfaite’. Le potentiel est là pour que l’on se moque de la superficialité de notre époque et des diktats de la société, dans la joie et la bonne humeur. Pour découvrir ce que Greta Gerwig et Margot nous ont concocter, il faudra patienter jusqu’au 19 juillet 2023.

© Warner Bros.

Laisser un commentaire