Alors qu’il s’épanouit sur grand écran – aux côtés de son comparse David Leitch – en dézinguant du méchant à tout va dans la franchise John Wick qui, à chaque volet gagne en popularité aux côtés, Keanu Reeves s’appêtait à délaisser son costume le temps d’une escapade dans l’univers de la petite lucarne – comme nous l’apprenait cet été le site américain Deadline. En effet, l’acteur devait prendre part pour la première fois de sa carrière à une série et devenir la tête d’affiche de Devil In The White City, un projet prometteur piloté par des pointures.

Et pour cause, cette adaptation du roman éponyme d’Erik Larson, connu en France sous le titre Le Diable Dans La Ville Blanche est née de l’impulsion d’un tandem influent dans le paysage hollywoodien, à savoir celui formé par Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio. En 2010, à l’époque de Shutter Island, ce dernier a acquis les droits de l’ouvrage, avec l’ambition d’en faire le sujet d’une future collaboration avec le cinéaste. Développé pour Paramount Pictures, le long-métrage n’a finalement jamais vu le jour, restant dans les placards du studio durant quelques années, avant que la plateforme Hulu ne reprenne la main et se décide à donner sa chance au produit. Ainsi, ce qui devait être un film est devenu en cours de route une série en bonne et due forme, produite conjointement par le duo Scorsese/DiCaprio.

Pilotée par Sam Shaw, qui occupe le poste de showrunner et mise en scène par Todd Field, Devil In The White City relate d’un fait divers ayant défrayé la chronique survenu dans la ville de Chicago, à la fin du XIXe siècle, époque de révolution industrielle et architecturale qui a profité à un homme aux pulsions meurtrières.

Ancrée en pleine Exposition Universelle de 1893, l’histoire relatée par Larson est tristement véridique et se centre à la fois sur Daniel Burnham, célèbre architecte, qui était aux manettes de cet événement synonyme d’innovation pour Chicago – alors en pleine expansion – et sur Herman Webster Mudgett plus connu sous le pseudonyme H.H. Holmes, un pharmacien cachant de lourds secrets, se lançant dans la construction d’un hôtel particulier, inauguré pour cette occasion pour le moins spéciale. Un lieu qui se révèlera être un piège mortel, son propriétaire s’en servant pour torturer et tuer ses victimes, principalement des femmes, que ce soit des employés, touristes et amies. Entre pièces insonorisées munies de lignes de gaz et sous-sol transformé en salle d’autopsie, où le criminel disséquait – entre autres choses – ses proies, ce bâtiment surnommé le château aura permis à Holmes de tuer au moins vingt-sept personnes selon ses dires lors de son procès.

Un récit glaçant, qui ne manquera pas d’en déstabiliser plus d’un. Officiellement commandée par Hulu en août dernier, Devil In The White City débutera son tournage l’année prochaine pour une diffusion prévue à l’horizon 2024 sur la plateforme. Producteur exécutif aux côtés de Scorsese et DiCaprio, Keanu Reeves aurait dû incarner le serial killer à l’écran mais, comme l’a révélé Variety, ce dernier vient de quitter l’aventure. Si aucune raison n’a été donné sur ce départ, il y a fort à parier qu’un problème de planning en soit la raison principale. Entre le développement de BRZRKR, le comic book qu’il a scénarisé et qu’il compte porter au cinéma, ainsi que son prochain retour dans la peau de John Constantine, le comédien ne semble plus avoir assez de temps pour s’engager le temps des huit épisodes que compte la série.

Laisser un commentaire