[Critique] Captain Marvel, en quête de repères

Après Ant-Man Et La Guêpe, Marvel Studios consacre entièrement le vingt-et-unième opus de son Univers Cinématographique à une super-héroïne, Carol Danvers avec Captain Marvel, réalisé par Anna Boden et Ryan Fleck avec dans le rôle-titre Brie Larson et à ses côtés un casting composé de Samuel L. Jackson, Annette Benning, Jude Law, Ben Mendelsohn, Lashana Lynch, Clark Gregg, Gemma Chan ou encore Lee Pace et Djimon Hounsou.

Perdu entre passé et présent, Terre et ciel, Captain Marvel ne parvient jamais à exploiter pleinement son potentiel, livrant un film Marvel classique.

En voulant modifier la formule habituelle de l’origin-story, le studio tente de bousculer un tant soit peu son modèle préconçu et nous présente donc une Carol Danvers déjà en possession de ses pouvoirs et la tête dans les étoiles. En partant sur le principe de l’amnésie, nous débutons le long-métrage sur un pied d’égalité avec notre héroïne et sommes aussi confus qu’elle concernant son passé. L’ajout de flash-backs achève ce processus sauf que cela n’aide pas vraiment le rythme et en attendant l’arrivée de notre personnage principal sur Terre, l’ensemble est trop brouillon oscillant de manière bancale les storylines avec la Starforce, les Kree et les Skrulls.

Heureusement, une fois que l’on a posé le pied sur notre planète bleue et que nous suivons l’investigation menée par Carol avec l’aide d’un Nick Fury débutant, Captain Marvel décolle et offre un buddy-movie des plus sympathiques dont l’atout majeur est l’alchimie entre Brie Larson et Samuel L. Jackson. Cette virée dans les années 90 fonctionne au niveau de la nostalgie mais également au niveau de l’ancrage au sein du MCU, beaucoup de clins d’oeil à des éléments clés de l’Univers Cinématographique Marvel étant disséminés tout au long du film.

La thématique de la quête de repères prend un nouveau sens lorsque les scénaristes s’intéressent aux Skrulls et prennent le contre-pied de leurs homonymes de papier, pour un résultat surprenant. Ceci n’est que la première des apparitions de la célèbre race extra-terrestre et dont le rôle dans le futur du MCU va sans nul doute évoluer mais sa place d’apatride est un choix intéressant, créant une connexion avec nôtre super-heroïne, très important pour la suite des événements.

Au rayon des déceptions, on peut regretter la réalisation trop consensuelle et manquant de panache de Anna Boden et Ryan Fleck,  un Jude Law pour le moment sous-exploité malgré un développement qui peut finir d’être intéressant pour s’il est bien géré dans les prochains opus ainsi qu’un humour un peu trop présent. Sur ce dernier point, retenons malgré tout un Samuel L. Jackson prenant plaisir à camper un Nick Fury aux antipodes de ce qu’il sera dans le futur et ses péripéties avec Goose, le chat du film, qui vole la vedette le temps d’une séquence. L’intrigue entourant

Terminons en évoquant la star de Captain Marvel, Brie Larson, qui incarne une Carol Danvers intrépide et dure à cuire avec conviction. Le personnage est à la hauteur des espérances et son sérieux fait plaisir à voir, opérant un changement avec ses compères du MCU, toujours prompt à une petite blague lors des moments critiques. Outre son duo avec Fury, le côté girl power émanant de ses actions et de ses interactions avec sa meilleure amie et sa nièce (là aussi l’alchimie est palpable entre l’actrice, Lashana Lynch et Akira Akbar) fait le sel du long-métrage. Par contre, la puissance de notre héroïne lors de la dernière partie pose question. Avec une telle force, qui va pouvoir tenir tête à Carol ? Les prochains ennemis qui croiseront le chemin de notre Captain ne feront pas de vieux os.

Personnage emblématique dans l’univers des comics, Captain Marvel n’a malheureusement pas le droit à un film solo à la hauteur de sa carrure, la faute à un scénario qui se cherche et une réalisation trop plate. Mais malgré ses défauts, cet opus du MCU reste tout de même divertissant, en particulier grâce à son casting et à la bonhomie se dégageant de l’ensemble. Maintenant que Carol Danvers a été introduite dans l’Univers Cinématographique Marvel, nous avons hâte de la voir aller plus haut, plus loin, plus vite.

3 réflexions sur “[Critique] Captain Marvel, en quête de repères

  1. J’ai beaucoup aimé le film, mais comme toi, je me pose pas mal de question sur le devenir du personnage. Ils lui ont donnée tellement de force que personne ne peut faire le poids en face. Cela m’inquiéte en particulier pour la fin d’infinity war … Je redoute qu’elle vole la vedette aux avengers.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s