[Critique] Thor : Ragnarok, Aventure co(s)mique

Deux ans après Avengers : L’Ère D’Ultron, nous retrouvons Thor et Hulk sur grand écran. Les pauvres n’avaient pas pris part aux événements survenus dans Captain America : Civil War (alors que notre asgardien préféré voulait aider ses amis à gérer leur conflit quand il résidait en Australie !) et ils prennent leur revanche en faisant équipe dans Thor : Ragnarok, troisième film solo sur le Dieu du tonnerre.

Ce nouvel opus, cette fois réalisé par Taika Waititi (Vampires En Toute Intimité, Hunt For The Wilderpeople) se veut différent de ses prédécesseurs en terme de réalisation et d’ambiance, avec un look très eighties, une esthétique qui rend hommage au comics Thor de l’ère Jack Kirby.
En plus de retrouver son collègue de travail, Thor va devoir empêcher, comme le titre l’indique, le Ragnarok, qui est synonyme de l’apocalypse dans la mythologie nordique. Mais Hela, une nouvelle ennemie, interprétée par Cate Blanchett va venir rajouter son grain de sel et se montrer redoutable.

Thor : Ragnarok est-il le meilleur film de la trilogie ? Taika Waititi a t-il réussi à imposer son style et à imprégner ce troisième volet de sa vision propre ? Réponse maintenant !

thor_ragnarok

Thor : Ragnarok aura de quoi ravir les fans car il délivre exactement ce qui était promis par Marvel Studios, de l’action mais surtout du fun ! Ce cocktail déjanté concocté par Taika Waititi est réjouissant et il en résulte le meilleur opus de la trilogie consacré à notre Dieu asgardien !

Au niveau de l’histoire, cela démarre sur les chapeaux de roues et dès l’introduction nous avons le droit à la meilleure séquence d’action de la trilogie puis les événements s’enchaînent à un bon rythme, nous permettant de vite nous réhabituer aux personnages laissés dans Thor : Le Monde Des Ténèbres et Avengers : L’Ère D’Ultron et de lancer l’intrigue de ce nouvel épisode. Chose plaisante en cette Phase 3 du MCU, l’abondance de connexions entre les précédents films, qui renforcent cet esprit d’univers partagé. Thor : Ragnarok profite grandement de celles-ci et c’est un très bon point. Concernant son scénario, le film ne se concentre pas sur le sujet évoqué dans son titre, à savoir le Ragnarok et Taika Waititi décide de bifurquer en privilégiant les liens familiaux (et Dieu sait qu’ils sont tendus entre Odin et ses enfants !) et surtout le chemin de croix de Thor, qui va de mésaventure en mésaventure, pour notre grand plaisir car elles sont vraiment drôles. Comme on l’avait entrevu dans les bandes annonces, l’humour est omniprésent et Thor : Ragnarok est clairement une comédie, le gros point fort du long métrage car on rit franchement de bon coeur à certaines blagues et situations. Mais cela joue en défaveur de la dramaturgie du film, car chaque moment tragique ou sombre est vite contre-balancé par une vanne, ce qui commence à devenir systématique au sein du MCU. Certes ici la comédie fonctionne très bien mais cette année on a tout de même enchaîné Les Gardiens De La Galaxie Vol.2, Spider-Man : Homecoming en plus de Ragnarok et il aurait peut être été préférable d’avoir un opus un peu plus sombre entre ces films. En tout cas en 2018 avec Black Panther et Avengers : Infinity War, le ton devrait être plus adulte. En tout cas on ne boude pas notre plaisir devant Thor : Ragnarok qui est le divertissement promis par Taika Waititi !

En ce qui concerne le jeu d’acteurs, Chris Hemsworth excelle dans ce registre comique, chose que l’on constate depuis Vive Les Vacances et surtout S.O.S Fantômes (2016). Il faut qu’il se concentre sur ce genre de films car il a un talent naturel et sait être hilarant sans en faire des tonnes. Dans Ragnarok, Hemsworth joue un Thor moins fier et tête brûlée, il gagne en charisme et se montre plus divin et badass que jamais. En plus d’être extrêmement drôle dans les épreuves qu’il subit, surtout sur la planète Sakaar.
Pareil pour Tom Hiddleston qui joue un Loki moins complexe, limite parodique avec ses habituelles manipulations et aussi plus humain et drôle (revoir Hulk va lui rappeler de sacrés souvenirs !). À voir comment va évoluer le personnage dans les prochains films du MCU, en tout cas cela s’annonce intéressant.
Dans ce troisième volet, Idris Elba a un peu plus de place pour pouvoir développer son interprétation de Heimdall et Anthony Hopkins se fait un peu plus rare. Et concernant les autres asgardiens connus, ne vous attendez pas à grand chose ils font de la figuration.
Mark Ruffalo nous offre un Bruce Banner plus paumé que jamais, le pauvre se faisant piquer la vedette par Hulk, qui se voit plus bavard qu’à son habitude sans oublier d’être colérique.
Il faut surtout se tourner du côté des nouveaux arrivants, qui font souffler un vent de fraîcheur sur la franchise Thor. Les femmes surtout avec Cate Blanchett qui arrive facilement à se démarquer et à se montrer redoutable en Hela, même si, comme souvent dans le MCU, son rôle de grande méchante est assez limité. Mais elle parvient à laisser un minimum son empreinte. Et Tessa Thompson n’est pas en reste avec Valkyrie, qui a le droit à assez de développement pour se faire une place de choix et on a hâte de la retrouver dans de futures aventures.
On termine avec Karl Urban qui avec le personnage de Skurge alterne moments drôles et graves mais notons que le génial Jeff Goldblum débarque au sein du MCU et qu’il est toujours aussi cool dans la peau du Grand Maître.
Les plus curieux pourront reconnaître les quelques caméos présents dans le film, ouvrez bien l’oeil.

La réalisation de Taika Waititi renforce l’aspect comic-book de Thor : Ragnarok avec une image très colorée, très pop, rappelant l’univers de Jack Kirby et un effort apporté aux séquences d’actions, qui sont très lisibles. Visuellement certains choix sont bien pensés, notamment la fameuse séquence avec les Valkyrie, qu’on dirait tout droit sortie d’une peinture. Là encore ce troisième volet se démarque de ces prédécesseurs de manière positive.

Sous la direction de Taika Waititi, Thor : Ragnarok est un cocktail détonnant mêlant humour et délires en tout genre aussi bien scénaristiquement que visuellement. On a affaire à un produit pop, permettant à la franchise Thor de se renouveler avec un souffle nouveau. Ce troisième volet est une comédie déjantée, concluant la trilogie consacrée à Thor de manière explosive. Le divertissement promis est au rendez-vous et le plaisir est total. 

4 réflexions sur “[Critique] Thor : Ragnarok, Aventure co(s)mique

Répondre à annabellewentz Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s